Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 23:38

Je vous avais prévenu, nous y voilà donc. Nous entrons dans la partie de cette histoire qui a tant émoustillé la planète à la sortie du livre

Donc, je répète pour ceux qui aurait loupé l'info, à partir de ce chapitre des mots très crus sont utilisés et les scènes de sexe sont très explicites.

Vous pourrez pas dire que vous saviez pas.


  Disclaimer : Rien ne m'appartient, les personnages sont la propriété de Stephenie Meyer et Summit entertainement, l'histoire est de Snowqueens Icedragon.


Chapitre 14


La première chose que je remarque, c'est l'odeur: cuir, bois, cirage avec un léger parfum d'agrumes, c'est vraiment très agréable. L'éclairage est doux, subtil. En fait, je ne vois pas la source, mais c'est autour de la corniche dans la chambre, émettant une lueur ambiante. Les murs et le plafond sont d'une profond et sombre bordeaux, donnant un effet cocon à cette grande salle et le sol est un parquet de bois verni. Il y a une grande croix de bois en forme de X fixée au mur face à la porte. Elle est en acajou finement poli et il y a des menottes à chaque coin. Au-dessus il y a une
large grille de fer, suspendue au plafond, de 2.5m² au moins, ou sont accrochés toutes sortes de cordes, chaînes, et cadenas étincelants. Près de la porte, deux longs poteaux, poli, richement sculpté, comme les barreaux d'une rampe, mais plus long, pendent comme des tringles à rideaux dans la paroi. Dessus balance un assortiment étonnant des palettes, fouets, cravaches et de drôles de choses plumeuses.


A côté de la porte se trouve une grande commode en acajou avec des tiroirs. Chaque tiroir est mince, comme s'il avait été conçu pour contenir des spécimens dans un
vieux musée. Je me demande brièvement ce que les tiroirs peuvent bien contenir. Ai-je envie de savoir? Dans le coin le plus éloigné est un banc en cuir rembourré oxblood, et fixé au mur à côté de lui, un porte-queues de billard en bois ou sont rangées des cannes de différentes longueurs et diamètres. Il y a une table massive de 2 mètres de long dans le coin opposé, en bois poli avec des pieds finement sculptés, et deux tabourets assortis.


Mais ce qui domine la salle est un lit. Il est plus grand qu'un king-size,
à baldaquin richement sculpté style Rococo avec un sommet plat. Il semble dater de la fin du XIXe siècle. Sous le ciel de lit je peux voir des chaînes brillantes et des menottes. Il n'ya pas de draps, juste un matelas couvert de cuir rouge, et de coussins en satin rouge empilés à une extrémité.


Au pied du lit, à quelques mètres, il y a un grand
canapé oxblood chesterfield ... coincé, au milieu de la pièce, en face du lit. Agencement étrange, d'avoir un canapé en face du lit, et je souris à moi-même. Je trouve l'emplacement du canapé étrange, alors qu'en réalité c'est le meuble le plus banal dans la chambre. Je lève les yeux, puis regarde, vers le plafond. Des mousquetons y sont déposés à intervalles réguliers. Je me demande vaguement à quoi ils servent. Hmmm ...


Bizarrement, tout ce bois, ces murs sombres, l'éclairage tamisé et le cuir oxblood donne à cette chambre une allure douce et romantique, mais je sais qu'il n'en est rien. Ceci est la version d'Edward de doux et romantique.


Je me retourne et il me regarde intensément, comme je m'y attendais, son expression tout à fait illisible. Je m'avance dans la chambre et il me suit. La chose a plume m'intrigue. Je le touche avec hésitation. C'est en daim, touffu, et il ya de très petites perles en plastique au bout.

-C'est ce qu'on appelle un martinet. La voix d'Edward est calme et douce.


Un martinet ... hmmm. Je crois que je suis en état de choc. Ma conscience a émigré ou a été frappée mutisme ou est tout simplement tombé raide morte. Je me sens ... tout à fait insensible. Je peux observer, absorber, mais pas exprimer mes sentiments à propos de tout cela, parce que je ne sais pas quels sont mes sentiments à ce sujet. Quelle est la réponse appropriée quand on découvre qu'un amant potentiel est un sadique ou masochiste? La peur ... Oui, cela semble être le sentiment qui prédomine. Je le reconnais maintenant. Mais bizarrement, pas de lui. Je ne pense pas qu'il me ferait du mal, en tout cas, pas sans mon consentement. Donc, beaucoup de questions obscurcissent mon esprit. Pourquoi? Comment? Quand? Combien de fois? Qui? Je m'avance vers le lit et laisse courir mes mains le long d'un des colones du baldaquin finement sculpté. La colonne est très robuste, le savoir-faire exceptionnel.


-Dites quelque chose, Edward me commande tranquillement.


-Vous faites cela aux autres ou ce sont les autres qui vous le font?


Il esquisse un sourire. -Les autres? Il cligne deux fois alors qu'il considère comme répondre. -Je le fais aux femmes consentante.


Je ne comprends pas. -Si vous avez des volontaires, pourquoi suis-je ici?


-Parce que je veux le faire avec vous ... vraiment.


-Oh ...  J'ai le souffle coupé. Pourquoi?


Je me promène dans le coin opposé de la pièce, tapote le dos du banc rembourré et fais courir mes doigts sur le cuir. Il aime faire du mal aux femmes. La pensée me déprime.


-Vous êtes un sadique?


-Non, je ne le suis pas Isabella. Je suis un dominant. Ses yeux flamboient vert, intense.


-Qu'est-ce que ça veut dire? Je murmure.


-Cela signifie que je veux
que vous vous soumettiez volontairement à moi. En toutes choses.


Je fronce les sourcils et tente d'assimiler cette idée.


-Pourquoi je ferais ça?


-Pour me faire plasir, il murmure et penche sa tête d'un côté et je vois l'ombre d'un sourire.

Lui faire plasir! Il veut que je lui fasse plaisir! Je pense que ma bouche est grande ouverte. Faire plaisir, à Edward Cullen ... Et je me rends compte à ce moment-là que oui, c'est exactement ce que je veux faire. Je le veux heureux avec moi. C'est une révélation.


-En termes très simples, je veux que vous désiriez me faire plasir, dit-il doucement.


Sa voix est hypnotique.


-Comment puis-je faire cela? Ma bouche est sèche et je voudrais avoir plus de vin. Ok, je comprends la partie plaisir, mais je suis vraiment intrigué par le décor boudoir-victorien-salle-de-torture mis en place. Est-ce que je veux connaître la réponse?


-J'ai des règles et je veux que vous les respectiez. Elles sont à votre profit et pour mon plaisir. Si vous suivez ces règles, à ma satisfaction, je vous récompenserai. Si vous me désobéissez, je vous punirai, et vous apprendrez, il murmure. Je regarde le porte-cannes pendant qu'il le dit.


-Et tout cela dans l'histoire? Je balaie la chambre d'un geste de la main.


-Tout cela fait partie de la série de mesures incitatives ... A la fois récompenses et punitions.


-Donc, vous trouverez votre bonheur en exerçant votre volonté sur moi.


-Il s'agit de gagner votre confiance et votre respect, si vous me permettez d'exercer ma volonté sur vous. Je gagne beaucoup de plaisir, de joie, même, dans votre soumission. Plus vous vous soumettrez, plus grande sera ma joie - C'est une équation très simple.


-Bon, et qu'est-ce que j'y gagne?


Il hausse les épaules et semble presque
s'excuser. -Moi, dit-il simplement.


Oh mon ...


Edward passe sa main dans ses cheveux alors qu'il me regarde.


-Je ne peux pas dire ce que vous pensez. Ça me rend dingue. Retournons en bas où je peux mieux me concentrer. C'est très ... troublant, de vous avoir ici.


Il tend la main vers moi et maintenant j'hésite à la prendre. Rose avait dit qu'il était dangereux, elle avait raison. Comment savait-elle? Il est dangereux pour ma santé, parce que je sais que je vais dire oui. Et une partie de moi ne veut pas. Une partie de moi veut partir en courant de cette salle et tout ce qu'elle représente. Je suis tellement pas à ma place ici.

-Je ne vais pas vous faire de mal, Isabella. Ses
yeux verts implorent et je sais qu'il dit la vérité. Je prends sa main et il me conduit hors de la salle.


-Si vous faites cela ... laissez-moi vous montrer. Plutôt que de retourner en bas, il tourne à droite de la salle de jeux comme il l'appelle, et remonte le couloir. Nous passons plusieurs portes jusqu'à ce que nous atteignions la dernière. Derrière il y a une chambre avec un grand lit double, tout est blanc, tout - les meubles, les murs, la literie. Stérile, froide, mais avec la vue la plus glorieuse de Seattle à travers la paroi de verre.


-Ce sera votre chambre. Vous pouvez le décorer comme vous le souhaitez, avoir tout ce que vous aimez ici.


-Ma chambre? Vous vous attendez que j'emménage? Je ne peux pas cacher l'horreur de ma voix.


-Pas à temps plein, disons simplement, du vendredi soir au dimanche. Nous devons parler de tout cela, négocier. Si vous voulez faire cela, il ajoute sa voix basse et hésitante.


-Je vais dormir ici?


-Oui.


-Pas avec vous.


-Non. Je vous l'ai dit, je ne dors avec personne. Sauf vous, quand vous êtes ivre morte. Ses yeux sont en train de me réprimander. Je pince les lèvres. C'est ce que je ne peux pasconcilier:
Edward gentil, attentionné, qui me délivre de l'ivresse et me soutient doucement tandis que je vomis dans les azalées, et le monstre qui possède des fouets et des chaînes dans une salle spéciale.


-Où dormez-vous?


-Ma chambre est en bas. Venez. Vous devez avoir faim.


-Curieusement, il me semble avoir perdu mon appétit, je murmure pétulante.


-Vous devez manger, Isabella, il me gronde et prenant ma main me ramène en bas.


De retour dans la salle incroyablement grande, je suis rempli d'une
profonde inquiétude. Je suis sur le bord d'un précipice et je dois décider si oui ou non il faut sauter.


-Je suis pleinement conscient que je vous entraîne dans une voie obscure, Isabella, et c'est pourquoi je veux vraiment que vous réfléchissiez. Vous devez vous poser quelques questions, dit-il doucement en se dirigeant vers la cuisine, libérant ma main. En effet ... Mais par où commencer? -Vous avez signé un accord de confidentialité. Vous pouvez me demander tout ce que vous voulez, je vous répondrai.

Je me tiens au bar du petit déjeuner et le regarder ouvrir le réfrigérateur et en sortir un plateau de fromages avec deux grosses grappes de raisins rouges et verts. Il pose le plateau sur le plan de travail et tranche une baguette de pain.


-Asseyez-vous. Il désigne l'un des tabourets du bar au bar de petit déjeuner et j'obéis à son commandement. Si j'accepte de faire ça, je vais devoir m'y habituer, et je me rends compte qu'il a été
autoritaire depuis que je l'ai rencontré.


-Vous avez parlé de paperasse.


-Oui.


-Quels papiers?


-Eh bien en dehors de l'accord de confidentialité, un contrat - stipulant ce que nous ferons et ne ferons pas. J'ai besoin de connaître vos limites et vous devez connaître les miennes. C'est consensuel, Isabella.


-Et si je ne veux pas faire cela?


-C'est pas grave, dit-il attentivement.


-Mais nous n'aurons pas la moindre relation.


-Non.


-Pourquoi?


-C'est le seul genre de relation que je peux avoir.


-Pourquoi?


Il hausse les épaules. -C'est ce que je suis.


-Comment êtes-vous devenu ainsi?


-Pourquoi les gens sont comme ils sont? C'est un peu difficile de répondre. Pourquoi certaines personnes aiment le fromage et d'autres le détestent? Vous aimez le fromage, d'ailleurs? Mme Cope, ma femme de ménage, a préparé ceci pour le souper. Il prend de grandes assiettes blanches dans un placard et en place une en face de moi.


Nous parlons de fromage ... Merde alors.


-Quelles sont les règles que je dois suivre?

-Je les ai écrites. Nous les lirons ensemble quand nous aurons mangé.


Nourriture. Comment puis-je manger maintenant?


-Je n'ai vraiment pas faim,  je murmure.


-Vous mangerez, dit-il simplement. Dominant Edward, tout devient clair. -Voulez-vous un autre verre de vin?


-Oui, s'il vous plaît.


Il verse du vin dans mon verre et vient s'asseoir à côté de moi. J'avale une gorgée en vitesse.


-Servez-vous, Isabella.


Je prends une petite grappe de raisins. Cela, je peux gérer. Il plisse les yeux.


-Vous êtes comme ça depuis longtemps? Je demande.


-Oui.


-Est-ce facile de trouver ... des femmes qui veulent faire?


Il lève un sourcil. -Vous seriez étonnée, dit-il sèchement
.


-Alors, pourquoi moi? Je ne comprends vraiment pas.


-Isabella, je vous l'ai dit. Je suis attiré par vous. Il sourit ironiquement. -Comme un papillon de nuit à une flamme. Sa voix s'assombrit. -Je vous veux terriblement. Surtout maintenant, quand vous mordez votre lèvre à nouveau. Il prend une profonde inspiration et déglutit.


Mon estomac fait des pirouettes. Il me veut. D'une façon bizarre, c'est vrai, mais ce bel, étrange, homme pervers veut de moi.


-Je pense que vous inverser les rôles dans ce cliché, je grogne. Je suis le papillon et il est le flamme. Et je vais me brûler. Je sais.


-Mangez!


-Non. Je n'ai rien signé, donc je pense que je vais profiter de mon libre arbitre encore un peu, si ça ne vous dérange pas.


Ses yeux s'adoucissent et il esquisse un sourire.

-Comme vous voudrez, Mademoiselle Swan.


-Combien de femmes? Je laisse échapper la question, mais je suis tellement curieuse.


-Quinze.


Oh ... pas autant que je le pensais.


-Pour de longues périodes?


-Certains d'entre elles, oui.


-Avez-vous déjà blessé quelqu'un?


-Oui.


Sainte merde. - Très mal?


-Non.


-Allez-vous me faire du mal?


-Que voulez-vous dire?


-Physiquement, vous allez me faire du mal?


-Je vais vous punir quand vous en aurez besoin, et ce sera douloureux.


Je pense que je me sens un peu faible. Je prends une autre gorgée de vin. L'alcool, cela me rendra courageuse.


-Avez-vous déjà été battu?


-Oui.


Oh. Cela me surprend, et avant que je puisse lui poser des questions sur cette nouvelle révélation, il interrompt le fil de ma pensée.


-Nous allons discuter de cela dans mon bureau. Je veux vous montrer quelque chose.


C'est si difficile à traiter. Je m'imaginais bêtement que je passerais une nuit de passion sans pareil dans le lit de cet homme et nous négocions cet arrangement bizarre.

Je le suis dans son bureau, une pièce spacieuse avec une autre fenêtre en verre du sol au plafond s'ouvre sur un balcon. Il s'assoie derrière le bureau, me fait signe de m'asseoir sur une chaise en cuir devant lui, et me tend un morceau de papier.


-Ce sont les règles. Elles peuvent être sujets à changement. Elles font partie du contrat, que vous pouvez aussi avoir. Lisez ces règles et nous allons discuter.


RÈGLES


L'obéissance : La Soumise obéira aux instructions données par le dominant immédiatement, sans

hésitation ni réserve et avec enthousiasme. La Soumise acceptera toute activité sexuelle estimée

opportune et agréable par le dominant, à l'exception des activités qui sont décrites dans des limites

strictes (voir l'annexe 2). Elle le fera avec empressement et sans hésitation.


Sommeil: La Soumise veillera à ce qu'elle atteigne un minimum de huit heures de sommeil par nuit
quand elle n'est pas avec le dominant.


Nourriture: La Soumise mangera régulièrement pour maintenir sa santé et son bien-être à partir d'une
liste précise d'aliments (Annexe 4). La Soumise ne grignotera pas entre les repas, à l'exception des fruits.


Vêtements: Pendant la durée du contrat, la Soumise portera des vêtements seulement approuvé par le
Dominant. Le dominant fournira un budget vêtements pour la Soumise, que la Soumise devra utiliser.

Le dominant accompagnera le Soumise à l'achat de vêtements sur une base ad hoc.  Si le dominant l'exige,

la Soumise devra, pendant la durée du contrat porter les parure que le dominant exige, en présence du

dominant ou à tout autre moment que le dominant jugera bon.


Exercice: Le dominant fournir à la Soumise un entraîneur personnel quatre fois par semaine en séances

d'une heure d'un commun accord entre l'entraîneur personnel et la Soumise. L'entraîneur personnel

rapportera au dominant les progrès de la Soumise.


Hygiène personnelle / Beauté: La Soumise sera propre et rasée/épilée à tout moment. La Soumise se

rendra dans un salon de beauté désigné par le dominant aux moments choisis par le dominante, et

quel que soit l'objet des traitements que le dominant jugera opportun.


Sécurité personnelle: La Soumise ne devra pas boire à excès, ne fumera pas, ne prendra pas de drogues

récréatives, et ne se mettra pas en danger inutilement.


Qualités personnelles: La Soumise n'aura pas de relations sexuelles avec un autre que le dominant. La

Soumise se conduira d'une manière respectueuse et pudique à tout moment. Elle doit reconnaître que son

comportement a des conséquences directes sur la réputation du  Dominant. Elle sera tenu responsable

des fautes commises, et les débordements commis lorsqu'elle n'est pas en présence du dominant.

 

Le défaut de se conformer à tout ce qui précède entraînera une punition immédiate, dont la nature sera déterminée par le dominant.
.
 

Putain de merde.


-Limites strictes? Je demande.


-Oui, ce que vous ne ferez pas, ce que je ne ferai pas. Nous avons besoin de le préciser dans notre accord.


-Je ne suis pas sûr d'accepter de l'argent pour les vêtements. Ça me dérange. Je bouge mal à l'aise, le mot "pute" me trotte dans la tête.


-Je veux dépenser de l'argent pour vous. Permettez-moi de vous acheter des vêtements. Vous devrez m'accompagner à des soirées, et je veux que vous soyez élégante. Je suis sûr que votre salaire, lorsque vous trouverez un emploi, ne couvrira pas le genre de vêtements que je veux que vous portiez.


-Je n'ai pas à les porter quand je ne suis pas avec vous?


-Non.


-Okay. Considère-les comme un uniforme ...


-Je ne veux pas faire de l'exercice quatre fois par semaine.


-Isabella, j'ai besoin de vous souple, forte, et endurante. Croyez-moi ... Vous avez besoin de vous exercer.


-Mais certainement pas quatre fois par semaine. Que diriez-vous de trois?


-Je veux que vous fassiez quatre.


-Je pensais que c'était une négociation?


Il pince ses lèvres. -Bon, Miss Swan, un autre point bien fait. Que diriez-vous d'une heure sur trois jours et un jour une demi-heure?


-Trois jours, trois heures. J'ai l'impression que vous allez me garder exercée quand je serais ici ...

Il sourit malicieusement. -Oui, en effet. Bon, d'accord. Êtes-vous sûr que vous ne voulez pas faire un stage dans mon entreprise? Vous êtes une bonne négociatrice.


-Non, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Je regarde ses règles. Épiler ... Épiler quoi? Tout? Ugh.


-Alors, les limites. Celles-ci sont les miennes. Il me tend un morceau de papier.


Limites strictes


Aucun acte impliquant le feu

Aucun acte impliquant la miction ou la défécation et les produits qui en résultent

Aucun acte impliquant les aiguilles, les couteaux, le piercing, ou le sang

Aucun acte impliquant des enfants ou des animaux

Aucun acte qui laisserait des marques permanentes sur la peau

Aucun acte impliquant le contrôle du souffle


Ugh, il doit mettre tout ça par écrit! Bien sûr, ils ont tous l'air très sensible, et franchement,
  nécessaire. Toute personne saine d'esprit ne voudrait pas être impliqué dans ce genre de chose, non? Bien que je me sens un peu mal à l'aise.


-Y a-t-il quelque chose que vous voudriez ajouter? Il demande gentiment.


Merde. Je n'en ai aucune idée. Je suis complètement perplexe. Il me regarde, en fronçant les sourcils.


-Y a-t-il quelque chose que vous ne ferez pas?


-Je ne sais pas.


-Que voulez-vous dire vous ne savez pas?


Je me tortille en me mordillant la lèvre. -Je n'ai jamais fait quelque chose comme ça ...


-Eh bien, quand vous avez des rapports sexuels, y a-t-il quelque chose que vous n'avez pas envie de faire?


Pour la première fois depuis des siècles, je rougis.


-Vous pouvez me le dire, Isabella. Nous devons être honnêtes l'un envers l'autre sinon ça ne marchera pas.

Je me tortille à nouveau mal à l'aise fixant mes doigts noués.


-Dites-moi, il commande.


-Eh bien ... Je n'ai jamais eu de rapports sexuels avant, donc je ne sais pas.


Je jette un coup d'oeil vers lui et il me regarde, bouche bée, figé et pâle. Vraiment pâle.


-Jamais? Il murmure.


Je secoue la tête.


-Vous êtes vierge? Il souffle.


Je hoche la tête, rougissant à nouveau.


Il ferme les yeux et on dirait qu'il compte jusqu'à dix. Quand il les rouvre, il est en colère.


Il me regarde fixement.


-Putain, pourquoi n'avez-vous rien dit? Il grogne.

Partager cet article

Repost 0
Published by mana Mana - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Alice 16/02/2015 12:12

Le chapitre 13 n'est pas présent

karima 09/06/2013 22:56

trop hate de lire la suite bisous!!!