Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 22:22

Maintenant que nous somme entrés dans le vive du sujet, retrouvons Bella et ses folles aventures à Seattle chez Edward.

Je rappelle que cette histoire est déconseillé au moins de 18 ans, vous êtes prévenu.


Disclaimer : Rien ne m'appartient, les personnages sont la propriété de Stephenie Meyer et Summit entertainement, l'histoire est de Snowqueens Icedragon.

 

Chapitre 16


Je suis toujours haletante, essayant de ralentir ma respiration, mon cœur battant la chamade et mes sont confuses. Wow ... c'était incroyable. J'ouvre les yeux et son front est appuyé contre le mien, ses yeux se fermés. Sa respiration est irrégulière. Ses yeux clignent puis s'ouvrent et il me regarde, les yeux sombres, mais doux. Il est toujours à l'intérieur de moi. Il se penche et en douceur dépose un baiser sur mon front, puis lentement, il se retire.


-"Ooh". Je grimace à cette sensation méconnue.


-"Je t'ai fait mal?" Edward demande tranquillement en s'accoudant près de moi. Il repousse une mèche de mes cheveux derrière mon oreille.


Et je dois sourire ... -"Tu me demandes ... si tu m'as fais mal!"


-"L'ironie n'est pas perdu pour moi." Il sourit sardoniquement. -"Sérieusement, tu vas bien?" Ses yeux sont intenses, sondeurs, exigeants. Je m'étire à côté de lui. Je me sens dégingandé et mes os sont comme de la gelée, et détendue ... profondément détendue. Je lui souris. Je ne peux pas arrêter de sourire. Maintenant, je sais pourquoi tout le monde parle. Deux orgasmes, éclater en lambeaux, comme le cycle essorage d'un lave-linge. Wow. Je n'avais aucune idée de ce dont mon corps était capable. Qu'on pouvait en remonter les ressorts et les relâcher si violemment, de façon si gratifiante. Le plaisir était indescriptible.


-"Tu te mords la lèvre et tu ne m'as pas répondu." Il fronce les sourcils. Je lui souris, espiègle. Il est magnifique, les cheveux ébouriffés, ses yeux verts brûlant, son air sérieux, sombre.


-"J'aimerais le faire encore une fois", je murmure.


Et pendant un moment, je crois voir une expression fugace de soulagement sur son visage avant que les volets ne se referment et il me regarde avec les yeux mi-clos.


-"Vous voudriez le refaire, Miss Swan?" Il murmure sèchement. Il se penche et m'embrasse très doucement au coin de la bouche. -"Vous êtes une petite créature exigeante, n'est-ce pas. Tournez-vous sur votre ventre."


Je cligne des yeux à l'instant et me retourne. Il décroche mon soutien-gorge et passe sa main de mon dos à mes fesses.


-"Tu as vraiment la plus belle peau," il murmure. Il se déplace de telle sorte que l'une de ses jambes pousse entre les miennes et il est à moitié couché sur mon dos.


Je peux sentir les boutons de sa chemise pressés pour moi tandis qu'il repousse mes cheveux de mon visage, les mets sur le côté et embrasse mon épaule nue.

-"Pourquoi tu portes ta chemise?"


Il se fige pendant un moment. Après un temps, je le sens bouger pour enlever sa chemise et il se rallonge sur moi et je peux sentir sa peau contre ma peau. Hmmm, c'est divin.C'est poils me chatouille le dos.


-"Alors, tu veux que je te baise à nouveau?" Il murmure à mon oreille et commence à semer des baisers légers comme une plume autour de mon oreille et sur ma nuque. Sa main dessin et frôle ma taille, puis ma hanche et glisse le long de ma cuisse à l'arrière de mon genou. Il pousse mon genou et ma respiration accélère. Oh mon Dieu, que fait-il maintenant? Il se déplace pour se placer entre mes jambes, appuyé contre mon dos et sa main remonte jusqu'à ma cuisse à mes fesses qu'il commence à caresser, lentement, puis glisse plus bas, entre mes jambes.


-"Je vais te prendre par derrière, Isabella," il murmure et avec son autre main, il saisit mes cheveux sur ma nuque dans son poing et tire doucement, me maintenant en place. Je ne peux plus bouger mon tête. Je suis cloué sous lui, sans défense.


-"Tu es à moi", il murmure. "Ne l'oublies pas." Sa voix est enivrante. Ses paroles grisantes, séduisantes. Je peux sentir son érection grandissante contre ma cuisse. Oh mon.


Ses longs doigts massent doucement mon clitoris, tournant lentement. Je peux sentir son souffle contre mon visage quand il mordille doucement la ligne de ma mâchoire.


-"Tu sens divinement bon", il frotte son nez derrière mon oreille. Sa main caresse mon corps, dessinant des cercles, encore et encore. Oh mon. Réflexivement, mes hanches commencent à tourner, reflétant sa main, alors que d'atroce pics de plaisir traverse mon sang comme de l'adrénaline.


-"Ne bouge pas", il ordonne doucement et très lentement, il insère son pouce à l'intérieur de moi, le tournant encore et encore, en caressant la paroi antérieure du vagin. L'effet est époustouflant. Tous mon énergie se concentre sur cette petite parcelle de mon corps. Je gémis.


-"Tu aimes ça?" Il demande doucement, ses dents effleurant mon oreille et il commence à fléchir son pouce lentement, dedans, dehors, dedans, dehors. Oh mon ... Ses doigts encerclant toujours mon clitoris. Je ferme les yeux, essayant de garder ma respiration sous contrôle, en essayant d'absorber les sensations désordonnées, chaotiques que ses doigts déchaînent sur moi, le feu se répand à travers mon corps. Je gémis à nouveau. -"Tu mouilles, si rapidement. Si sensible. Oh, Isabella, j'aime ça. J'aime beaucoup," il murmure. Je veux tendre mes jambes, mais je ne peux pas bouger. Il me coince, en gardant un
rythme constant, lent et tortueux. C'est absolument exquis. Je gémis à nouveau et il se déplace tout d'un coup.


-"Ouvre ta bouche", il commande et enfonce son pouce dans ma bouche. Mes yeux s'écarquillent, clignant frénétiquement.


-"Je veux que tu te goûtes," il souffle contre mon oreille. -"Suce-Moi, bébé."

Son pouce appuie sur ma langue et ma bouche se referme autour de lui, suçant frénétiquement, et je peux goûter le goût salé sur son pouce. c'est plus qu'érotique.


-"Je veux te baiser la bouche Isabella, et je le ferai bientôt," sa voix est rauque, crue, sa respiration irrégulière. Baisez ma bouche!


Je gémis et lui mords le pouce. Il halète et me tire plus fort sur mes cheveux, douloureusement, alors je le lâche.


-"Méchante, petite fille," il murmure et se penche vers la table de chevet pour prendre un petit sachet. -"Ne bouge pas, ne bouge pas", il ordonne en me lâchant les cheveux et je peux entendre la déchirure du sachet. Je respire mal, mon sang en feu dans mes veines. L'anticipation est exaltante. Je sens son poids sur moi contre mon dos et il attrape mes cheveux comme avant, me tenant la tête immobile. Je ne peux pas bouger. Je suis prise au piège. Il positionne son érection à mon entrée.


-"On va y aller très doucement cette fois, Isabella." Et très lentement, il pénètre en moi, entièrement. Je me distends, il me remplit, implacable. Je gémis bruyamment. C'est plus profond cette fois. Délectable. Je gémis à nouveau, et il ondule délibérément ses hanches et se retire, s'arrête, puis s'enfonce à nouveau. Il répète ce mouvement encore et encore. Ça me rend folle, le sensation de plénitude écrasante. -"C'est tellement bon d'être en toi", il râle et je peux sentir mon ventre commencer à trembler. Il se retire et attend.


-"Oh non, bébé ... Pas encore." Il murmure, et quand les frémissements cesse, il recommence son délicieux va-et-vient.


-"Oh s'il te plaît," je supplie. Je ne suis pas sûr de pouvoir supporter plus longtemps. Mon corps est trop tendu, le désir doit se libérer.


-"Je veux que ce soit douloureux, bébé," il murmure et il continue tranquillement sa
douce tourmente, vers l'arrière, vers l'avant. -"Chaque fois que tu te déplacera demain, je veux que tu te rappelles que j'ai été ici. Seulement moi. Tu es à moi."


Je gémis.


-"S'il te plaît, Edward," je murmure.


-"Que veux-tu, Isabella? Dites-moi."


Je gémis à nouveau. Il se retire et me pénètre lentement, décrivant un mouvement circulaire avec ses hanches une fois de plus.


-"Dis-moi," il murmure.


-"Toi. S'il te plaît."

Il augmente le rythme infinitésimalement, et sa respiration devient plus erratique. Je peux sentir mon ventre se contracter et Edward accélère le rythme.


-"Tu".


-"es".


-"Si".


-"douce".


Il murmure entre chaque coup de rein.


-"J'ai"


-"Tellement".


-"Envie"


-"De".


-"Toi".


Je gémis.


-"Tu".


-"es".


-"A moi. Jouis pour moi bébé."


Il grogne.


Ses paroles sont ma perte, me jette dans le précipice. Mon corps convulse autour de lui et je jouis, en hurlant, en appelant une version déformée de son nom dans le matelas. Edward suit, après deux coups violents, il se fige, se déversant en moi alors qu'il trouve sa libération. Il
s'effondre sur moi, son visage dans mes cheveux.


-"Putain ... Bella," il respire.


Il se retire immédiatement et roule sur le côté du lit. Je remonte mes genoux jusqu'à mon poitrine, exténuée, et immédiatement plonge dans un profond sommeil.

Lorsque je me réveille, il fait encore noir. Je n'ai aucune idée combien de temps que j'ai dormi. Je m'étire sous la couvre et je me sens endolorie, délicieusement endolorie. Hmmm. Edward a disparu. Il n'est pas à côté de moi. Je m'assoie, regardant le paysage urbain en face de moi. Il y a moins de lumières parmi les gratte-ciel et
il ya un murmure de l'aube à l'est. J'entends la musique. Les notes chantantes du piano. Un triste et douce complainte, Bach je pense, mais je ne suis pas sûr. J'enveloppe la couette autour de moi et tranquillement remonte dans le couloir vers la grande salle. Edward est au piano, complètement perdu dans la musique qu'il joue. Son expression triste et mélancolique, comme la musique. Sa façon de jouer est tout simplement magnifique. Je m'appuie contre le mur à l'entrée et écoute, ravie. Il est vraiment un musicien accompli. Il est assis nu, son corps baignant dans la lueur chaude d'une unique lampe près du piano. Avec le reste de la grande salle dans l'obscurité, c'est comme s'il est dans sa propre petite piscine de lumière, intouchable, dans une bulle. Je marche aussi silencieusement que je le peux vers lui, attirée par la sublime musique mélancolique. Je regarde ses longs doigts habiles trouver et appuyer doucement sur les touches, en pensant comment ces mêmes doigts ont habilement manipulé et caressé mon corps. Je rougis, le souffle coupé à ce souvenir, puis resserre mes cuisses ensemble.


Il lève les yeux vers moi, ses yeux verts brillants insondables, son expression indéchiffrable.


-"Désolé," je murmure. -"Je ne voulais pas te déranger."


Il fronce les sourcils.


-"Certainement, ce serait à moi de te faire mes excuses," il murmure doucement. Il a fini de jouer et met ses mains sur ses jambes. Je remarque maintenant qu'il porte un pantalon pyjama. Il passe ses doigts dans ses cheveux et se lève. Son pantalon descend sur ses hanches, de cette ... façon ... oh mon. Ma bouche s'assèche alors qu'il se contourne nonchalamment le piano pour s'approcher moi. Il a de larges épaules, des hanches étroites, et je peux voir ses abdos onduler pendant qu'il marche. Wow.


-"Tu devrais être au lit," il me gronde.


-"C'était un beau morceau. Bach?"


-"Transcription de Bach, mais c'est à l'origine un concerto pour hautbois d'Alessandro Marcello."


-"Eh bien, c'était ... exquis. Mais très triste, comme une mélodie mélancolique."


Il me sourit à moitié. -"Lit," il ordonne. -"Tu vas être épuisée demain."


-"Je me suis réveillé et tu n'étais pas là."


-"J'ai du mal à dormir, et je n'ai pas l'habitude de dormir avec quelqu'un," il murmure. Je n'arrive pas à sonder son état d'esprit. Il semble un peu déprimé, mais c'est difficile à dire dans l'obscurité. C'était peut-être le ton de la pièce qu'il jouait. Il met son bras autour de moi et doucement me ramène vers la chambre à coucher.

-"Depuis combien de temps joues-tu? Tu es très bon."


-"Depuis que j'ai six ans."


-"Oh."


Edward en petit garçon de six ans. J'ai une image d'une belle chevelure cuivrée - d'un petit garçon aux yeux verts et mon coeur fond. Un gamin aux cheveux de cuivre qui aime la musique incroyablement triste.


-"Comment te sens-tu?" Il demande gentiment de retour dans la chambre.


Il allume la lampe de chevet.


-"Très bien."


Nous regardons tous les deux
en même temps la tâche sur le lit, il ya du sang sur les draps. La preuve de ma virginité perdue. Je rougis, embarrassé, resserrant la couette autour de moi.


-"Eh bien, cela va donner à réfléchir à Mme Cope," marmonne Edward quand il se trouve en face de moi. Il met sa main sous mon menton et renverse ma tête en arrière, les yeux fixés sur moi. Ses yeux sont intenses alors qu'il me dévisage. Je me rends compte que je n'ai pas vu son torse nu, avec une poignée de poils noirs, avant. Instinctivement, je tente de les toucher doucement, pour sentir leur texture sous mes doigts. Il recule loin de moi avant que j'ai le temps de le toucher.


-"Mets-toi au lit. Je viens m'allonger avec toi", il murmure.


Je laisse tomber ma main et fronce les sourcils. Je me rend compte que je n'ai jamais touché son torse. Il ouvre un tiroir, sort un t-shirt et le met rapidement.


-"Lit", il ordonne à nouveau. Je grimpe sur le lit, essayant de ne pas penser au sang. Il grimpe à côté de moi et me tire dans ses bras, enroulant ses bras autour de moi. Il embrasse doucement mes cheveux et je peux le sentir inspirer profondément.


-"Dors, ma douce Isabella", il murmure. Je ferme les yeux, mais je ne peux m'empêcher de ressentir un reste de mélancolie soit de la musique ou de son comportement. Edward Cullen a un côté triste. Hmmm.

Partager cet article

Repost 0
Published by mana Mana - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Mademoiselle cici 19/09/2014 23:49

la suite la suite la suite

Mademoiselle cici 19/09/2014 23:56

Pour votre information cette histoire est la vrai. 50 nuances de Grey est tiré de cette fanfiction, l'auteur a changé les noms des personnages pour en faire une histoire à part.

"La trilogie Cinquante nuances de Grey a d'abord été une fanfiction basée sur l'univers de Twilight et s'appelait à l'origine Master of the Universe. James la publiait petit à petit sous le pseudo « Snowqueen's Icedragon » sur différents sites de fanfiction. Les personnages centraux étaient à l'origine Edward Cullen et Bella Swan, issus de Twilight de Stephenie Meyer. Le roman est alors considéré comme une romance érotique.

Après avoir reçus des avertissements concernant le contenu explicitement sexuel du texte, James a supprimé l'histoire de ces sites et l'a publiée sur son propre site, FiftyShades.com. C'est plus tard qu'elle réécrira Master of the Universe en tant qu'histoire à part entière, en renommant les personnages Christian Grey et Anastasia Steele et en supprimant le texte de son site en prévision de la publication."
Wikipédia

Teresa 10/05/2014 16:48

N'importe quoi... usurpation des droit d'auteur du livre " Cinquante Nuances de Grey", avec substituition des nom des personnages!!!

Camille 28/02/2015 06:50

Ne parle pas sans connaître ! Stupide enfant sans moindre culture général et des sans aucune connaissance des phénomènes de société existantes nos jours ! Va apprendre avant de parler !

deb 06/11/2013 04:28

Coucou a quand la suite. .. vivement merci pour la traduction.

anna 12/09/2013 13:16

est que vous aller mettre la suite bientot? ou avez vous un PDF?
merci

karima 09/06/2013 23:22

c'est quoi ce cote triste? merciiiii et a bientot