Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 15:11

J'essaie de trouver mon "rythme de croisière" pour la publication, mais c'est pas encore ça... :)

 

Petit oubli de ma part, j'avais omis le "disclaimer" en tête du chapitre 3 et 4, c'est corrigé.


Disclaimer (parce qu'il ne faut pas les oublier) : Rien ne m'appartient, les personnages sont la propriété de Stephenie Meyer et Summit entertainement, l'histoire est de Snowqueens Icedragon.

 

Chapitre 5


Rose est en extase. -Mais que faisait-il à Newton? Je l'ai appelé sur mon portable, caché dans les profondeurs de la réserve, à l'arrière de la boutique.


-Oh, il était dans la région, pour faire de la randonnée. Je parle doucement, en essayant de garder ma voix décontractée.


-Je pense que c'est une coïncidence énorme Bella. Peut-être qu'il était là pour te voir, Rose spécule avec enthousiasme.


Mon
coeur fait des embardées à cette idée, mais c'est une joie de courte durée. La triste réalité est qu'il est ici pour les affaires. La réalisation est décevante. -Il était en visite au pôle agro-alimentaire de WSU. Il finance de la recherche.


-Oh oui, il a donné au ministère une subvention de 2,5 millions de dollars.


Wow.


-Comment le sais-tu?


-Bella, je suis une journaliste ... et j'ai écrit un portrait de ce type. C'est mon boulot de savoir ce genre de chose.


-Ok, Carla Bernstein, ne monte pas sur tes grands chevaux. Alors veux-tu les photos?


-Bien sûr que oui. La question est, où les faire?


On n'a qu'à de lui demander. Il dit qu'il va rester dans la région ce soir.


-Tu peux communiquer avec lui?


-Il m'a donné son numéro de téléphone portable.


Rose s'étrange. -Le plus riche, le plus insaisissable, le plus énigmatique
célibataire de l' État de Washington t'a donné son numéro de téléphone portable?


-Euh ... oui.


-Bella, il t'aime. Pas de doute, elle souffle dans le téléphone.

-Rose, il essaie juste d'être gentil. Et alors que je dis ces mots, je sais qu'ils ne sont pas vrais. Edward Cullen n'est pas du genre gentil. Il est poli. Une petite voix
me chuchote peut-être que Rose à raison. Mon cuir chevelu picote à l'idée que peut-être, juste peut-être, il pourrait me plaire ... Après tout, il a dit qu'il était heureux que Rose n'ai pas fait l'entrevue. Je me rassure tranquillement, basculant de gauche à droite, en m'autorisant un bref moment à envisager la possibilité qu'il peut-être il m'aime bien. Rose me ramène à l'instant présent.


-Je ne sais pas qui nous allons prendre pour faire les photos. Eric, notre photographe ordinaire ne peut pas le faire - Il est chez lui à Idaho Falls pour le week-end. Il va être furieux d'avoir loupé l'opportunité de faire une photo de l'un des principaux entrepreneurs américains.


-Hmm ... Qu'en est-il de Jacob?


-Excellente idée. Tu lui demandes. Il ferait n'importe quoi pour toi. Ensuite, appelles Cullen et demande lui où il
nous veut.  Rose est irritante et cavalière à propos de Jake.


-Je crois que tu devrais l'appeler.


-Qui, Jacob?


-Non, Cullen.


-Bella, tu es la seul en relation avec...


-Relation! Je grince, ma voix s'élevant de plusieurs octaves. -Je connais à peine ce gars.


-Au moins tu l'a rencontré, dit-elle, avec un peu d'amertume. -Et on dirait qu'il veut mieux te connaître, Bella. Appelles-le, elle m'aboie dessus et raccroche. Elle est si autoritaire parfois. Je fronce les sourcils sur le téléphone et lui tire la langue.


Je laisse un message à Jake alors que Mike arrive dans la réserve à la recherche de chaussettes de marche.


-Il y a du monde là-bas Bella, dit-il, pas méchamment, se référant à la boutique.


-Ouais, euh désolé, je murmure. J'arrive.


-Alors comment connais-tu Edward Cullen? Mike m'arrête, sa voix transpirant de curiosité.


-J'ai du l'interviewer pour Eyewitness. Rose n'allait pas bien, Je hausse les épaules, essayant d'avoir l'air désinvolte.


-Edward Cullen, à Newton ... allez comprendre. Mike est stupéfait. -Alors, que fais-tu cela soir? Tu veux aller prendre un verre ou quelque chose? Quand il revient en ville, il me demande toujours de sortir, et je dis toujours non. C'est comme un rituel. Je n'ai jamais pensé que c'était une bonne idée de sortie avec le fils du patron. Par ailleurs, Mike est mignon dans le genre brave-garçon américain ou voisin d'à côté, il n'est tout simplement pas un héros littéraire même avec un effort d'imagination. Et Cullen?
me demande mon subconscient avec un haussement de sourcil virtuel. Je le gifle contre.


-N'avez-vous pas prévu un dîner en famille ou quelque chose pour ta maman?


-C'est demain.


-Peut-être une autre fois, Mike. J'ai besoin de réviser ce soir. J'ai mes examens la semaine prochaine.


-Bella, un de ces jours tu diras oui, dit-il tranquillement, en me souriant. Je me dirige rapidement vers la boutique.


-------------------
 

 

-Mais je fais des paysages, pas des portraits Bella.


-S'il te plaît, Jake? Je lui supplie, arpentant le salon de notre appartement et regardant par la fenêtre le crépuscule.


-Donne-moi le téléphone. Rose me saisit le combiné des mains, secouant ses cheveux de soie blond sur son épaule.


-Écoutes-moi, Jacob Black, si tu veux Eyewitness pour couvrir le vernissage de ton exposition, tu feras ces photos pour nous demain, capiche?


Rose peut être très dure.


-Bon. Bella te rappelles avec les détails sur l'emplacement et la durée de la séance. Rendez-vous demain. Elle raccroche. -Réglé. Tout ce qu'il faut maintenant, c'est où et quand. Appelles-le.  Elle me tent le téléphone et je me sens mal. Appelles-Cullen maintenant! Je grimace et récupère dans ma poche arrière sa carte de visite. Je prends une grande respiration pour me calmer et les doigts tremblants, je compose le numéro.


Il répond à la deuxième sonnerie. Son ton est tranchant, calme, froid. -Cullen.


-Euh ... M. Cullen, c'est Isabella Swan. Je ne reconnais pas ma voix, je suis tellement nerveuse. Il y a une brève pause et à l'intérieur je tremble.


-Miss Swan. Quel plaisir de vous entendre. Sa voix a changé. Il est étonné je pense ... et il semble si ... chaleureux, séduisant, même au téléphone. Ma respiration est difficile et je rougis. Je suis conscient que Rosalie Hale me fixe, la bouche ouverte, alors je marche rapidement dans la cuisine pour éviter son regard scrutateur indésirable.

-Euh ... nous aimerions faire la séance photo pour l'article du
Eyewitness. Respire Bella, respire. Mes poumons aspirent une bouffée d'air précipitamment. -Demain ... si cela vous convient. Où serait-ce le pratique pour vous, Monsieur?


Je peux presque entendre son sourire de sphinx à travers le téléphone.


-Je séjourne au Heathman à Portland. Disons 9:30 demain matin?


-Bien, on se voit là-bas. Je suis toute excitée et haletante, une enfant, pas une femme adulte qui peut voter et boire légalement dans l'État de Washington.


-Je m'en réjoui d'avance Miss Swan. Et je peux visualiser la lueur perverse dans ses yeux vert. Comment peut-il faire
de sept petits mots une promesse aussi alléchante? Je raccroche. Rose me regarde. Sa bouche est toujours ouverte, un air complètement et totalement consterné sur son visage.


-Isabella Marie Swan. Tu l'aimes bien ... Je ne t'ai jamais vu ou entendu tellement .... tellement ... affectée par quiconque auparavant. Tu rougis.


-Oh Rose, tu sais que je rougis tout le temps. C'est une déformation professionnel chez moi. Ne sois pas si ridicule. Je le trouve intimidant, c'est tout, je lui répond d'un ton mordant
et elle me dévisage surprise. Je suis très rarement hors de moi. J'appelle Jake et lui dit que nous irons le chercher tôt le matin pour se rendre à l'Heathman.


-Le Heathman, quelle surprise, marmonne Rose. -Je vais appeler le gérant et négocier un espace dans l'hôtel pour la séance.


-Je vais préparer le souper, après je dois réviser.  Je ne peux cacher mon irritation envers elle comme je me dirige vers la cuisine.


------------

 

Je dors mal cette nuit-là, me tournant et me retournant. Rêvant de ses yeux verts, de pantalon respirant, de longues jambes et de sombres lieux au plus profond de la forêt. Je me réveille deux fois dans la nuit, mon coeur battant. Oh,  je vais avoir l'air bien demain avec si peu de sommeil, je me gronde alors que je frapper mon oreiller et essaie de me rendormir.


------------

 

Le Heathman se niche dans le centre-ville au cœur de Portland. C'est un édifice de pierre brun assez impressionnant construit juste avant le crash dans les années 1920. Jake, son ami Sam et moi sommes dans mon camion. Rose est dans son Z4 vu nous ne pouvions pas tous monter dans le camion. Sam est l'assistant de Jake. Il va aider à l'éclairage. Rose a réussi à négocier une chambre de libre pour le matin, en échange d'un mot de remerciement à l'hôtel dans l'article. Elle a expliqué que nous sommes ici pour photographier Edward Cullen Directeur général, et nous sommes surclassés dans une suite. M. Cullen occupe déjà la plus grande suite dans le bâtiment, donc c'est une suite de taille normale. La plus-que-vif responsable du marketing nous accompagne jusqu'à la suite. Il est terriblement jeune et très nerveux pour une raison quelconque. Je pense que c'est la beauté de Rose et son ton autoritaire qui le désarme. Il lui mange dans les mains. Les chambres sont très élégantes, sobre et aménagé de façon chaleureuse. Il est 09h00, nous avons donc une demi-heure pour tout mettre en place. Rose dirige les opérations.


-Jake, je pense que nous allons utiliser ce mur pour le fond, d'accord? Elle n'attend pas sa réponse.
-Sam, enlève ces chaises. Bella, demande que l'on nous porte quelques rafraîchissements, et dis à Cullen où nous sommes.


Oui maîtresse. Elle est tellement dominatrice. Je lève les yeux au ciel et fait ce qu'on me dit.


Une demi-heure plus tard, Edward Cullen arrive dans notre suite. Oh mon Dieu! Il porte une chemise blanche, ouverte au col, avec un pantalon de flanelle grise qui descend sur ses hanches. Ses cheveux indisciplinés sont encore humide. Ma bouche s'assèche en le regardant. Il est tellement sexy. Il est suivi par un homme dans la mi-trentaine, cheveux coupé ras, costume et cravate sombre, qui va se placer dans le coin, et
nous regarde de ses yeux bruns, impassible.


-Miss Swan, nous nous rencontrons à nouveau. Il tend la main vers moi et je lui serre, clignant rapidement des yeux. Oh mon ... il est vraiment ... vraiment ... wow ... et puis je lui touche la main et je sent ce délicieux courant electrique qui me parcours, m'allume, me fait rougir, et je suis sûr que ma respiration
erratique doit être audible.


-Monsieur. Cullen, c'est Rosalie Hale,  je respire et agite la main vers Rose qui s'avance, en le regardant droit dans les yeux.


-Le tenace Mlle Hale. Comment allez-vous? Il sourit légèrement, l'air vraiment amusé.-Vous vous sentez mieux? Isabella m'a dit que vous étiez malade la semaine dernière.


-Je vais bien-. Je vous remercie, monsieur Cullen. Elle lui serre la main fermement sans sourciller et je dois me rappeler que Rose a été dans les meilleures écoles privées à Washington. Sa famille a de l'argent et elle a grandi confiante et sûr de sa place dans le monde. Elle ne se laisse pas impressionner. Je suis en admiration devant elle. -Merci de nous accorder de votre temps. Elle lui donne un
sourire poli et professionnel.


-C'est un plaisir-, répond-il, en tournant son regard vert sur moi et je rougis ... à nouveau. Merde.


-C'est Jacob Black, notre photographe, dis-je, souriant à Jake qui me sourit affectueusement en retour. Ses yeux deviennent froids quand il se tourne vers Cullen.


-Monsieur Cullen, il hoche la tête.

-Monsieur Black. L'expression de Cullen change, évaluant Jake. Où voulez-vous que je me mette? Son ton semble vaguement menaçant.


Mais Rosalie ne va pas laisser Jake diriger le spectacle.


-Monsieur Cullen, si vous pouviez vous asseoir ici, s'il vous plaît? Méfiez-vous des câbles d'éclairage. Et puis nous en ferons quelques-unes debout, aussi. Elle le dirige vers une chaise qui est placé contre le mur. Sam allume les lumières,
aveuglant momentanément Cullen, puis lui et moi prenons du recul et regardons Jake se mettre à mitrailler. Jake prend plusieurs photos appareil à la main, demandant à Cullen
de se tourner, de bouger son bras, de le reposer à nouveau, puis Jake se déplace vers le trépied et en prend plusieurs autres. Cullen s'assied et pose patiemment, et très naturellement, pour une vingtaine de minutes. Mon souhait est devenu réalité. Je peux rester debout et l'admirer de près. Deux fois nos regards se croisent et je dois me détourner de son regard émeraude.


-Assez de photos assises. Intervient Rosalie à nouveau. -Pouvez-vous vous lever, M. Cullen? Elle demande.


Il se lève et Sam se déplace pour enlever la chaise. L'obturateur du Nikon de Jacob recommence à cliqueter. -Je pense que nous en avons assez, dit Jake au bout de cinq minutes.


-Super, dit Rose. -Eh bien, je vous remercie à nouveau, monsieur Cullen. Elle lui serre la main, suivi de Jake.


-Merci. J'ai hâte de lire votre article Mlle Hale, il murmure et marche vers la porte où je me trouve. -Vous marchez avec moi Miss Swan? Il demande tranquillement.


-Bien sûr, dis-je, complètement déboussolée. Je regarde anxieusement Rose qui hausse les épaules. Je remarque Jacob renfrogné derrière elle et il se tourne pour me regarder.


-Bonne journée à vous tous, dit Cullen et il ouvre la porte et se décale pour me permettre de sortir en premier. Merde qu'est-ce qui se pase? Que veut-il? Je suis debout dans la couloir m'agitant nerveusement, comme il fait son chemin hors de la salle. Il est suivi par M.
coupe-en-brosse dans son costume bien taillé.


-Je vous appellerai, Taylor, il murmure à
coupe-en-brosse et le dénommé Taylor s'éloigne dans le couloir. Il tourne son regard vert brûlant vers moi. Merde ... ai-je fait quelque chose de mal?


-Je me demandais si vous voudriez vous joindre à moi pour prendre un café?


Mon cœur saute dans ma bouche ... un rencard. Edward Cullen me propose un tête à tête. Il te demande si tu veux prendre un café. Peut-être qu'il pense que tu n'ai pas encore réveillé. Mon subconscient ironise,
de nouveau d'humeur sarcastique . Je me racle la gorge nerveusement.

-Je dois ramener tout le monde, je murmure m'excusant, tordant mes mains et mes doigts en face de moi.


-TAYLOR, il appelle à haute voix, me faisant sursauter. Taylor, qui est toujours en retrait plus loin dans le couloir se retourne et revient vers nous.


-Taylor peux les raccompagnés. Habitent-ils tous à l'université? Je hoche la tête, trop stupéfaite pour parler.
-Taylor est mon chauffeur. Nous avons un gros 4x4 ici, alors il sera en mesure de prendre le matériel aussi.


-Monsieur Cullen? Taylor demande poliment lorsqu'il nous rejoint, son visage toujours impassible.


-S'il vous plaît pouvez-vous reconduire le photographe, son assistant, et Miss Hale.


-Certainement Monsieur,
répond Taylor.


-Voilà. Maintenant, pouvez-vous vous joindre à moi pour un café?


Je fronce les sourcils. -Euh ... M. Cullen, euh c'est vraiment ... écouter, Taylor n'a pas à les raccompagner. je jette un bref coup d'œil à Taylor, qui reste stoïque, impassible. -je vais échanger ma voiture avec celle de Rose, si vous me donnez un instant.


Cullen m'adresse un sourire éblouissant, spontané, naturel, de toutes ses dents. Oh mon ... Il ouvre la porte de la suite pour que je puisse  y entrer. Je le contourne pour rejoindre Rosalie, qui est en pleine discussion avec Jacob.


-Eh bien Bella, je pense qu'il t'aime vraiment bien, dit-elle sans préambule que ce soit. Jake me fusille d'un regard désapprobateur. -Mais je ne lui fais pas confiance, dit-elle.


Je lève mes mains dans l'espoir qu'elle va cesser de parler. -Rose, peux-tu rentrer avec le camion et je peux prendre ta voiture?


-Pourquoi?


-Edward Cullen m'a demandé d'aller prendre un café avec lui.


Elle est bouche bée. Rose muette... J'apprécie le moment. Elle vient vers moi, me prend par le bras et me traîne dans la chambre attenante à la salle à manger de la suite.


-Bella, il ya quelque chose avec lui. Son ton est plein d'avertissement. -Il est magnifique je suis d'accord, mais je pense qu'il est dangereux, surtout pour quelqu'un comme toi.


-Qu'est-ce que tu veux dire quelqu'un comme moi? Je demande, offensé.

-Une innocente comme toi, Bella. Tu sais ce que je veux dire, dit-elle, et je rougis.


-Rose, c'est juste un café, et je commence mes examens demain. J'ai besoin de réviser, donc je ne serai pas longue.


Elle pince les lèvres. Elle pioche dans sa poche, me tend ses clés de voiture et je lui tends les miennes.


-Je te vois plus tard. Ne tardes pas ou j'envoie une équipe de recherche.


-Merci Rose. Je la serre brièvement dans mes bras et me fraye un chemin hors de la salle vers Edward Cullen qui m'attend, appuyé contre le mur, ressemblant à un mannequin masculin prenant la pose pour un magazine haut de gamme.


D'accord, allons prendre un café, je murmure, rouge comme une betterave.


Il sourit.


-Après vous, Miss Swan. Il se lève et tend la main pour m'indiquer de le précéder. J'avance dans le couloir, mon cœur dans ma bouche, mon estomac plein de papillons, et mon coeur battant frénétiquement.


Je vais prendre un café avec Edward Cullen ... Je déteste le café.


Voilà encore un chapitre de plus... j'en profites qu'ils ne sont pas encore trop long, après les périodes de publication risque de se ralonger

Partager cet article

Repost 0
Published by mana Mana - dans Livres
commenter cet article

commentaires

karima 09/06/2013 00:16

tu est vraiment une personne geniale merci de donner de ton temps pour nous traduire cette merveilleuse histoire plein de bisous!!!