Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 01:18

C'est parti pour un nouveau chapitre.

 

Pour info, il y a une citation d'un roman dedans, la citation ne semble pas être exacte (par rapport au roman) mais je l'ai traduit telle qu'elle se trouve écrite dans la fanfiction.


Disclaimer : Rien ne m'appartient, les personnages sont la propriété de Stephenie Meyer et Summit entertainement, l'histoire est de Snowqueens Icedragon.

 

Chapitre 8


Je pose mon stylo. Fini. Mon examen final est terminé. Je peux sentir mon sourire éclairer mon visage. C'est probablement la première fois de la semaine que je souri. C'est vendredi et nous allons fêter ça ce soir, vraiment célébrer. Je pourrais même me saouler! Je n'ai jamais été ivre avant ... Je regarde à travers la salle des sports vers Rose et elle est toujours entrain de griffonner furieusement ...
à cinq minutes de la fin. Ça y est, c'est la fin de ma carrière universitaire. Je n'aurai plus jamais à m'asseoir dans les rangées d'étudiants anxieux et isolés. A l'intérieur, je  fais une roue gracieuse autour de mon tête, sachant très bien que c'est le seul endroit où je peux faire une roue gracieuse. Rose s'arrête d'écrire et pose son stylo. Elle jette un regard vers moi et elle sourit aussi.


Nous retournons à notre appartement ensemble dans mon camion, refusant de discuter de notre devoir final. Rose est plus préoccupée par ce qu'elle va porter au bar ce soir. Je suis occupé à pêcher dans mon sac pour trouver mes clés.


-Bella,
il y a un paquet pour toi. Rose est debout sur les marches de la porte d'entrée tenant un paquet enveloppé de papier brun. Bizarre ... Je n'ai rien commandé chez Amazon récemment. Rose me donne le colis et prend mes clefs pour ouvrir la porte d'entrée.


Mlle Isabella Swan
1114 SW Green street
Appartement 7, Haven Heights
Vancouver, WA 98888


Il n'y a aucune adresse d'expéditeur ou de nom. Peut-être de ma mère ou de mon père ... bien sûr.


-Ca vient probablement de mes parents.


-Ouvre-le! Rose est tout excitée alors qu'elle se dirige vers la cuisine pour aller chercher le
champagne spécial "hourra nos examens sont finis".


J'ouvre le colis et trouve une boîte à l'intérieur mi-cuir contenant trois
livres ancien identiques recouvert de tissu en parfait état, et une carte blanche qui tombe sur le sol. Je récupère la carte sur le plancher et écrit sur un côté, à l'encre noire en cursive très soigné :


Pourquoi ne m'avez-vous pas me dire qu'il y avait du danger? Pourquoi tu ne m'avez-vous pas avertie?
Les dames savent contre quoi se défendre, parce qu'elle lisent des romans qui leur parlent de ces trucs ...


Et je reconnais tout de suite que c'est une citation de Tess. Je suis stupéfaite par l'ironie que je viens de passer trois heures à écrire sur les romans de Thomas Hardy dans mon examen final. Peut-être il n'y a pas d'ironie ... c'est peut-être délibérée. J'inspecte les livres de près. Trois volumes de Tess D'Urbervilles. J'en ouvre un. Est écrit dans une typographie ancienne sur la page de garde :


 
'Londres: James R. Osgood, McIlvaine and Co., 1891'


Saint Corneille - ce sont les premières éditions. Elles doivent valoir une fortune et je sais tout de suite qui me les a envoyés. Rose est à mon épaule en regardant les livres. Elle ramasse la carte.


-Premières éditions,  je murmure.


-Non ... les yeux de Rose sont larges d'incrédulité. -Cullen?


Je hoche la tête. -Je ne vois pas qui d'autre ...


-Qu'est-ce que signifie cette carte?


-Je n'ai aucune idée, mais je pense que c'est un avertissement ... Honnêtement, il me tient en garde. Ce n'est pas comme si j'étais en train de tambouriner à sa porte. Je fronce les sourcils.


-Je sais que tu ne veux pas parler de lui, mais Bella, il craque sérieusement pour toi. Avertissements ou pas.


Je n'ai pas laisser mon esprit s'attarder sur Edward Cullen la semaine passée. Okay ... si ses yeux verts hante encore mes rêves et je sais que ça va prendre une éternité à effacer la sensation de ses bras autour de moi, et son parfum merveilleux de mon cerveau. Pourquoi m'a-t-il envoyé ça? Il  
m'a pourtant bien dit qu'il n'était pas bon pour moi.


-J'ai trouvé un Tess première édition à vendre à New York à 14.000 $. Mais les tiennes semblent en meilleur état. Elles doivent coûter plus cher. Rose consulte son bon ami Google.


-Cette citation ... Tess la dit à sa mère après qu'Alec D'Urberville se soit mal conduit avec elle.


-Je sais ... dit Rose songeuse. -Qu'est-ce qu'il essaie de dire?


-Je ne sais pas et je m'en fous. Je ne peux pas accepter ça de lui. Je vais les renvoyer avec un citation tout aussi déconcertante d'une certaine partie obscure de l'ouvrage.

-La partie où Angel Clare lui dit "va te faire foutre"?
demande Rose avec un visage impassible.


-Oui, cette partie. Je rie. J'aime Rose, elle est si fidèle et solidaire. Je remballer les livres et les laissent sur la table à manger. Rose me tend un verre de champagne.


-A la fin des examens, et notre nouvelle vie à Seattle. Elle sourit.


-A la fin des examens, notre nouvelle vie à Seattle, et d'excellents résultats. Nous trinquons et buvons.


--------------


Le bar est bruyant et agité, plein de futur diplômés sortis pour se bourré la gueule. Jacob se joint à nous. Il a encore un an avant ses examens, mais il est d'humeur à faire la fête et nous met dans l'esprit de notre liberté retrouvée en achetant un pichet de margaritas pour nous tous. Comme je vais sur mon troisième, je sais que ce n'est pas une bonne idée après le champagne.


-Et maintenant, Bella? Jake me crie dessus le bruit.


-Rose et moi nous dirigeons vers Seattle. Les parents de Rose ont acheté un appart là-bas pour elle.


-Hey ... comment l'autre moitié vit. Mais vous serez de retour pour mon spectacle.


-Bien sûr, Jake. Je ne manquerai ça pour rien au monde. Je lui souris et il met son bras autour de ma taille et me tire contre lui.


-Cela signifie beaucoup pour moi que tu sois là, Bella, il chuchote à mon oreille. -Une autre margarita?


-Jacob Black, essaye-tu de me saouler? Parce que je crois que ça marche. Je rie. -Je pense que je ferais mieux de prendre une bière. Je vais aller nous chercher un pichet.


-Plus de boisson Bella! me hurle Rose. Rose a la constitution d'un bœuf. Elle a son bras drapé sur Eric, un de nos camarades étudiants anglais, qui est aussi le photographe officiel pour Eyewitness. Je pense qu'il a renoncé à prendre des photos de l'ivresse qui l'entoure. Il n'a d'yeux que pour Rose. Elle porte une camisole, jeans serrés, et des talons hauts, ses cheveux blonds relevés avec des mèches pendent mollement autour de son visage ... Son état habituel magnifique. Moi, je suis plus style Converse et t-shirt, mais je porte mon jean le plus flatteur. Je sort de l'étreinte de Jacob et me lève de notre table. Whoa ... la tête tourne... Je dois immédiatement saisir le dossier de la chaise.
Les cocktails à base de Tequila n'étaient pas une bonne idée. Tout le monde le sait, sûrement.


Je me rends au bar et décide que je devrais visiter les toilettes tant que je suis sur mes pieds. Bonne idée, Bella. Je titube à travers la foule. Bien sûr, il y a la queue, mais au moins c'est calme et frais dans le couloir. Je sors mon téléphone portable pendant que j'attends, quelque chose pour m'occuper. Hmmm ... qui est le dernier appel? Hmmm ... Jake. Avant cela, un numéro que je ne reconnais ... Cullen, je pense que c'est son numéro. Je pouffe de rire. Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est ... peut-être je vais le réveiller. Peut-être qu'il peut me dire pourquoi il m'a envoyé ces livres. Et l'énigmatique message. S'il veut que je reste à distance, il devrait me laisser tranquille. Je réprime un sourire ivre et appuie sur le rappel automatique. Il répond à la deuxième sonnerie.


-Isabella? Il est étonné de m'entendre. Eh bien franchement, je suis surprise de l'appeler. Mon cerveau embrouillé réagit, comment sait-il que c'est moi?


-Pourquoi m'avez-vous envoyé les livres? 


-Isabella, est-ce que ça va? Vous avez l'air bizarre. Sa voix est pleine de sollicitude.


-Je ne suis pas bizarre .... vous l'êtes ...  Je l'accuse. Là ça c'est dit, mon courage est alimenté par l'alcool.


-Isabelle, avez-vous bu?


-Qu'est-ce que ça peut vous faire?


-Je suis ... curieux. Où êtes-vous?


-Dans un bar ...


-Quel bar? Il a l'air exaspéré. -Comment allez-vous rentrer à la maison?


-Je vais trouver un moyen. Cette conversation ne va pas comme je m'y attendais.


-Dans Quel bar êtes-vous?


-Pourquoi m'avez-vous envoyé des livres, Edward?


-Isabelle, où êtes-vous? Dites-le-moi maintenant. Son ton est tellement, tellement dictatorial. Son côté maniaque du contrôle habituel. Je l'imagine comme un réalisateur de cinéma à l'ancienne portant des jodhpurs, la tenant un mégaphone façonné et une cravache. L'image me fait rire aux éclats.


-Vous êtes si ... dominateur ... je rie.


-Bella, aidez-moi, où êtes-vous bordel?


Edward Cullen est injurieux avec moi. Je rie à nouveau. -Je suis à Portland ... c'est loin de Seattle ...

-Où à Portland?


-Bonne nuit, Edward.


-Bella ...!


Je raccroche. Ha! Bien qu'il ne m'ait pas parler des livres. Je fronce les sourcils. Mission pas accomplie. Je suis vraiment très ivre. Ma tête tourne mal à l'aise alors que j'avance dans la queue. Eh bien, le but de l'exercice était de se saouler .... C'est ce que c'est, hmmm, probablement pas une expérience à répéter. La queue a avancé et c'est maintenant à mon tour. Je regarde fixement le poster à l'arrière de la porte des toilettes qui vante les vertus de la sexualité sans risque. Merde je viens d'appeler Edward Cullen? Merde. Mon téléphone sonne et ça me fait sursauter et je cri de surprise.


-Salut, je bêle timidement dans le téléphone. Je ne m'attendais pas à ça.


-Je viens vous chercher, dit-il et raccroche. Seul Edward Cullen peut paraître si calme et si menaçant en même temps.


Et merde. Je remonte mon jeans. Mon cœur bat la chamade. Je vais être malade ... non ... Je vais bien. Accroche-toi. Il me fait marcher. Je ne lui ai dis pas où j'étais. Il ne peut pas me trouver ici. En outre, il lui faudra des heures pour arriver ici de Seattle, et nous serons partis depuis longtemps alors. Je me lave les mains et vérifier mon visage dans le miroir. Je suis rouge et légèrement floue .... hmmm, c'est donc ça la tequila.


J'attends au bar ce qui ressemble à une éternité pour le pichet de bière et revient à la table.


-Tu as été longue,
me gronde Rose. -Où étais-tu?


-J'ai été faire la queue pour les toilettes.


Jacob et Eric ont un certain débat houleux au sujet de notre équipe de base-ball locale. Jake s'arrête dans sa tirade pour nous verser les bières et je prends une longue gorgée.


-Rose, je pense que je ferais mieux de sortir et prendre l'air ...


-Oh Bella, tu es une petite nature.


-J'en ai pour cinq minutes.


Je traverse la foule à nouveau. Je commence à avoir des nausées et ma tête tourne, et je suis un peu instable sur mes pieds. Plus instable que d'habitude. L'air frais du soir dans le parking me fait réaliser exactement à quel point j'ai bu. Ma vision a été affectée et je vois vraiment tout en double, comme dans les vieux dessins animés de Tom et Jerry. Je pense que je vais être malade. Pourquoi me suis-je mise dans cet état ...?


-Bella. Jake m'a rejoint. -Tu vas bien?


-Je crois que j'ai un peu trop bu.  Je lui souris faiblement.


-Moi aussi, il murmure et ses yeux noirs me regardent fixement. -As-tu besoin d'un coup de main? il demande et se rapproche de plus près, en mettant son bras autour de moi.


-Jake, je vais bien, je pense que ça va aller ...  je tente de le repousser, plutôt faiblement.


-Bella, s'il te plaît, il chuchote et maintenant il me tient dans ses bras, me tirant contre lui.


-Jake, qu'est-ce que tu fais?


-Tu sais je t'aime, Bella. S'il te plaît. Il a une main en bas de mon dos me tenant contre lui, l'autre attrape mon menton me fait basculer la tête en arrière. Putain ... il va m'embrasser.


-Non Jake, arrête ... No je le pousse, mais c'est un mur de muscle dur et je ne peux pas le changer. Sa main a glissé dans mes cheveux et il me tient la tête en place.


-S'il te plaît, Bella, il murmure contre mes lèvres et son souffle est doux et sent bon, de margarita et de la bière. Il traîne en douceur des baisers le long de ma mâchoire vers le côté de ma bouche. Je me sens paniqué, ivre et hors de contrôle. Le sentiment est suffocant ...


-Jake, non ... Je le supplie. Je ne veux pas cela. Tu es mon ami et je crois que je vais vomir.


-Je pense que la dame a dit non. Putain de merde ... Edward Cullen, il est ici. Comment?


Jake me libère. -Cullen, dit-il laconiquement.


Je regarde anxieusement Edward. Il foudroie Jake du regard, ne me regarde pas, et je peux dire qu'il est furieux. Merde. Mon estomac se soulève et je me plie en deux, mon corps n'est plus en mesure de tolérer l'alcool et je vomis spectaculairement sur le sol.

Partager cet article

Repost 0
Published by mana Mana - dans Livres
commenter cet article

commentaires

karima 09/06/2013 00:44

l'edward qu'on aime bisous!!!