Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 00:00

Reprenons, Bella et Jake sont sur le parking, il essaie de l'embrasser, Edward arrive.... et là c'est le drame.

 

Maintenant la suite


Disclaimer : Rien ne m'appartient, les personnages sont la propriété de Stephenie Meyer et Summit entertainement, l'histoire est de Snowqueens Icedragon.

 

Chapitre 9


-Beurk - Bella  Jake fais un bond en arrière de dégoût!


Cullen attrape mes cheveux et les retire de la ligne de tir et me conduit doucement vers un parterre de fleurs au bord du parking. Je note avec une profonde gratitude, que c'est dans l'obscurité.


-Si vous devez vomir à nouveau, faites-le ici. Je vais vous tenir.


Il a un bras autour de mes épaules, l'autre tient mes cheveux en une queue-de-cheval de fortune dans mon dos, pour les écarter de mon visage. J'essaie une fois, maladroitement, de le repousser, mais je vomis encore, et encore ... oh merde ... combien de temps cela va durer, et encore. Je n'arrête pas de vomir et ça continue, même si mon estomac est vide et que plus rien ne sort, d'horrible spasmes secouent mon corps. Je ne boirais plus jamais, je jure silencieusement ... c'est juste trop horrible pour trouver les mots. Mes mains sont posés sur le mur de briques de la plate-bande, me retenant à peine. Vomir abondamment est épuisant. Cullen enlève ses mains et me passe un mouchoir en tissus. Seul lui peut en avoir un avec un monogramme, un mouchoir de lin fraîchement lavés. Je ne savais pas que l'on pouvait toujours en acheter. Je m'essuie la bouche. Je ne peux me résoudre à le regarder. Je suis dégoûté de moi-même et submergé par la honte. Je veux juste être englouti par les azalées dans le parterre de fleurs. Je veux être n'importe où sauf ici.


Je suis consciente que Jake rode, quelque part dans le fond. Je gémis et met la tête dans mes mains. Ce doit être le pire moment de ma vie. Ma tête est encore étourdie alors que j'essaie de me souvenir un pire moment ... et je ne peux trouver que le rejet d'Edward. C'est tellement, tant de nuances plus foncées en termes d'humiliation. Je risque un coup d'oeil vers lui. Il a les yeux fixés sur moi, son visage impassible, ne montrant rien. Je me retourne et jette un coup d'oeil vers Jake qui a l'air assez honteux lui-même et, comme moi, intimidé par Cullen. Je le foudroie du regard. J'ai quelques mots bien choisis pour mon soi-disant plus vieil ami, mais rien que je puisse répéter en face de Edward Cullen. Bella qui crois tu berner, il vient de te voir te vider sur le sol et dans la flore locale. Il n'est pas utile de masquer ton manque de comportement distingué.


-Je euh ... te vois à l'intérieur, marmonne Jake et il retourne dans le bâtiment.


Je suis seule avec Cullen. Putain. Que dois-je lui dire? Des Excuses pour le coup de fil.


-Je suis désolé, je murmure en regardant le mouchoir, que je tortille furieusement entre mes doigts. C'est si doux ...


-De quoi êtes-vous désolé, Isabella?
 
Oh merde, il en veut pour son argent.


-Le coup de téléphone principalement. Être malade ... oh, la liste est sans fin, je murmure et je peux sentir ma peau se colorer. S'il vous plaît, s'il vous plaît puis-je mourir maintenant?


-Ça arrive à tout le monde. Peut-être pas tout à fait aussi spectaculairement que vous, dit-il sèchement. -Il s'agit de connaître ses limites, Isabella. Je veux dire, je suis pour repousser les limites, mais là vraiment. Vous êtes allé trop loin. Est-ce une habitude ce genre de comportement?


Ma tête bourdonne avec l'excès d'alcool et l'irritation. Qu'est-ce que cela a à faire avec lui? Je ne l'ai pas invité ici. Il ressemble à un homme d'âge moyen. Me grondant comme un enfant errant et une partie de moi veut dire, si je veux me saouler tous les soirs comme ça, alors c'est mon choix et ça n'a rien à voir avec lui, mais je n'ai pas le courage. Pas maintenant que j'ai vomi devant lui. Pourquoi ne s'est-il pas enfui en courant?


-Non ... dis-je contrarié. -Je n'ai jamais été ivre avant. Et en ce moment je n'ai aucune envie de l'être à nouveau un jour.


Je ne comprends pas pourquoi il est encore là. Je commence à me sentir faible. Il remarque mon vertige et m'attrape avant que je tombe et me hisse dans ses bras, me tenant près de sa poitrine comme un enfant.


-Venez, je vous raccompagne chez vous, il murmure.


-Je dois le dire à Rose. Oh la vache je suis dans ses bras de nouveau.


-Mon frère peut lui dire.


-Quoi?


-Mon frère Emmett est en train de parler à Miss Hale.


-Oh? Je ne comprends pas.


-Il était avec moi quand vous avez téléphoné.


-A Seattle?  Je suis confuse.


-Non, je suis resté au Heathman.


Encore? Pourquoi?


-Comment m'avez-vous trouvé?


-J'ai tracé votre téléphone portable Isabella.


Oh ... Bien sûr qu'il l'a fait. Comment est-ce possible. Est-ce légal? Harceleur, me murmure mon subconscient à travers le nuage de tequila qui flotte toujours dans mon cerveau, mais cependant, parce que c'est lui, je m'en moque.


-Avez-vous une veste ou un sac?


-Euh ... oui, je suis venu avec les deux. Edward s'il vous plaît, j'ai besoin de le dire à Rose, elle va s'inquiéter. Sa bouche se pince et il soupire lourdement.


-Si vous le devez.


Il me repose et, prenant ma main, me ramène dans le bar. Je me sens faible, toujours saoule, embarrassée, épuisée, mortifiée ... et à un niveau étrange, absolument ravie. Il me sert la main - comme un ensemble confus d'émotions. Je vais avoir besoin d'au moins un semaine pour m'en remettre.


C'est bruyant, bondé, et la musique a commencé alors il y a une grande foule sur la piste de danse. Rose n'est pas à notre table, et Jake semble avoir disparu. Eric resté seul à l'air perdu et désespéré.


-Où est Rose? Je crie à Eric à travers le bruit. Ma tête commence à battre au rythme de la basse.


-Elle Danse, me hurle Eric et je peux dire qu'il est fâché. Il lorgne Edward soupçonneux. Je me bats dans ma veste noire et met mon petit sac à bandoulière par dessus ma tête pour qu'il repose sur ma hanche. Je suis prêt à aller, une fois que j'aurai vu Rose.


-Elle est sur la piste de danse,  je touche le bras d'Edward et me penche pour crier dans son oreille, effleurant ses cheveux avec mon nez, je sens son odeur propre et fraîche ... oh mon. Et tous ces sentiments interdits et inconnus que j'ai essayé de noyer remonte à la surface et se déchaîne à travers mon corps épuisé. Je me sens rougir et quelque part au fond, tout au fond mes muscles se serrent délicieusement.


Il lève les yeux vers moi et me prend par la main et me conduit vers le bar. Il est servi immédiatement, pas d'attente pour M.
maniaque-du-contrôle Cullen. Est-ce que tout vient si facilement à lui? Je ne peux pas entendre ce qu'il commande. Il me tend un grand verre d'eau glacé.


-Buvez, m'ordonne-t-il.


Les spots tournent au rythme de la musique, jetant d'étrange couleur de lumière et des ombres partout dans le bar et sur la clientèle. Edward est alternativement en vert, bleu, blanc et un rouge démoniaque. Il me regarde fixement. Je prends une gorgée.

-Tout, il crie. Il est tellement dominateur. Il passe sa main dans ses cheveux indisciplinés. Il semble frustré, en colère. Quel est son problème? Eh bien, mis à part une
stupide fille ivre lui téléphonant au milieu de la nuit alors il pense qu'elle a besoin d'être sauvé et il s'avère que c'était le cas, de son plus vieil ami, amoureux, puis la voyant étant spectaculairement malade à ses pieds. Oh Bella ... vas-tu un jour oublier ça? Mon subconscient émet de petits claquement de langue réprobateur et
est braqué sur moi derrière ses lunettes en demi-lune. Je me balance légèrement et il met sa main sur mon épaule pour me stabiliser. Je fais ce qu'il me dit et boit le verre entier. Il me fait me sentir ... mal à l'aise. Il me reprend le verre et le place sur le bar. Je remarque à travers du flou ce qui il porte: une chemise de lin blanc en vrac, jeans serrés, baskets noir Converse, et une Veste sombre à fines rayures. Sa chemise est déboutonnée en haut et je vois une touffe de poils dans l'ouverture. Dans mon esprit groggy, il a l'air ... hmmm ... miam.


Il me prend la main. Oh la vache, il me conduit sur la piste de danse. Merde. Je ne sais pas danser. Il peut sentir ma réticence, et sous les lumières colorées je peux voir son
sourire amusé, un peu sardonique. Il tire ma main d'un coup sec et je suis à nouveau dans ses bras et il commence à se déplacer, me prenant avec lui. Sainte Merde, il sait danser, et je ne peux pas croire que je ne fais que le suivre pas à pas. Peut-être parce que je suis ivre je peux suivre. Il me tient serré contre lui. Je peux sentir son corps contre le mien, s'il ne me serrait pas si fort je suis sûr que je m'évanouirais à ses pieds. Dans le fond de mon esprit l'avertissement, souvent récité par ma mère me revient : Ne jamais faire confiance à un homme qui sait danser.


Dans mon état embrouillé, il me faut un moment pour comprendre ce qu'il fait. Il nous a déplacé à travers la foule bondée de danseurs de l'autre côté de la piste de danse et nous sommes à côté de Rose et Emmett, le frère d'Edward. La musique pulse, forte et lascive, à l'extérieur et dans ma tête ... Oh non. Rose fait ses mouvements. Elle bouge son cul et elle ne ne le fait que si elle aime quelqu'un, aime vraiment quelqu'un. Ça signifie que nous serons trois pour le petit déjeuner demain matin. Rose! Edward se penche et crie dans l'oreille d'Emmett. Je ne peut pas entendre ce qu'il dit. Emmett est grand avec de larges épaules et des
cheveux bouclés sombres et les yeux clairs brillants. Je ne peux pas dire la couleur sous la chaleur pulsée des lumières clignotantes. Il sourit et tire Rose dans ses bras, où elle est plus qu'heureuse d'arriver ... Rose! Même dans mon état d'ébriété, je suis un peu choqué. Elle vient tout juste de le rencontrer ... franchement. Elle hoche la tête quoi que dise Emmett et me sourit et salut, et Edward nous propulse hors de la piste de danse en un temps record.


Mais je n'ai pas pu lui parler ... Est-ce qu'elle va bien? Je peux voir où les choses se dirigent entre elle et lui. J'ai besoin de lui faire la leçon sur les rapports sexuels protégés. Dans le fond de mon esprit, j'espère qu'elle a lu les affiches au dos des porte des toilettes. Mes pensées se mêlent dans mon cerveau, la lutte contre l'ivresse, sensation floue. Il fait si chaud ici, si lourd ... si coloré - trop lumineux. Ma tête commence à tourner, oh non ... et je peux sentir le sol venir à la rencontre de mon visage, ou en tout cas ça y ressemble, et la dernière chose que j'entends avant que de m'effondrer est Edward Cullen.


-Putain! 

Partager cet article

Repost 0
Published by mana Mana - dans Livres
commenter cet article

commentaires

karima 09/06/2013 00:52

plein de tendresse !!!