Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

J'ouvre aujourd'hui une page spéciale pour cette série que je trouve personnellement vraiment trés bonne (spécialement lorsque vous la regardé en VO, ce qui donne  parfois un peu plus de sérieux ou de "profondeur" à un épisode) et qui mérite d'être vue au moins une fois.
Vous trouverez ici des infos, des fanfictions (voir définition sur la page principale de ce blog dans l'article "Mes Liens") et photos de cette série.


p05-06_016.jpg_400.jpg
6-kevin10.jpg



    Promo saison 7>                                 





  ^ Promo saison 6




3-kevin10.jpg
< Promo saison 8








Voici la première Fanfiction que j'ai écrit. Elle se situe après l'épisode 8x07 donc comme on dit c'est spoiler pour tous ceux qui n'ont pas encore vu la saison 8.
Maintenant je vous laisse lire.

Au bout du fil .


Il était rentré chez lui depuis plus d’une heure et lisait et relisait la lettre qu’elle lui avait laissée. Il essayait de comprendre les derniers évènements qui s’étaient passés au Labo : l’affaire, le baiser au beau milieu du couloir du labo et devant Hodges et cette lettre. Tout ceci était tellement soudain et pourtant en quelque sorte prévisible. Il avait bien vu que quelque chose n’allait pas depuis le début de son service et elle avait essayé de lui parler mais avait été coupé par la sonnerie de son téléphone et il ne l’avait pas incité à continuer. Mais en y réfléchissant bien il se rendait compte que ce malaise datait de bien avant cette affaire. Il était présent depuis Nathalie.

A présent il se rendait compte, que depuis qu’ils s’étaient retrouvés seuls tous les deux à l’hôpital, ils n’avaient jamais vraiment discuter de ce que chacun avaient ressenti à ce moment. Ou plutôt ils n’avaient jamais approfondi la discussion. Il lui avait dit qu’il avait eu très peur pour elle mais pas qu’il s’était senti tellement responsable de sa présence sous la voiture et il ne lui avait pas dit non plus qu’il avait complètement paniqué à l’idée de la perdre.

Tout à ses pensées sur ce qu’il aurait du ou pu faire et dire, il lui fallu plusieurs sonnerie avant de se rendre finalement compte que c’était son téléphone. La tête ailleurs il décrocha sans vérifier qui l’appelai :

« Grissom, » dit-il

Il n’eu pour réponse que le son d’une respiration saccadée à l’autre bout du fil. Elle pleurait ou venait de pleurer et essayait de rendre un rythme régulier à sa respiration.

« Sara, » dit-il dans un souffle

Sa respiration suffit à lui confirmer que c’était et il resta silencieux à écouter sa respiration. Puis, ayant retrouver une respiration à peu normale, elle brisa se silence :

« Gil… je sais que tu as lu ma lettre et que tu doit être sinon en colère en tout cas déçu…, »commença-t-elle

« Déçu ? » la coupa-t-il « Pourquoi serais-je en colère ou déçu ? »

« Déçu par la manière dont je suis parti du labo et en colère parce que je t’ai embrassé au Labo devant Hodges… »

"Sara je ne suis pas ni en colère, ni déçu. Ton baiser ma surpris, mais principalement je suis … je … j’essaie de comprendre ce qui se passe, j’ai lu ta lettre et je comprend que tu es besoin de faire face aux fantômes de ton passé après tout ce qui a pu se passé ces derniers temps mais … j’aurai voulu pouvoir t’aider, j’aurai voulu que tu me dises que … Je sais que ton changement d’équipe à eu des effets pas toujours bénéfiques sur nous. Il a fallu qu’on s’adapte et on a pas eu tellement l’occasion d’en parler et je suis désolé de ne pas avoir pris le temps pour qu’on en parle et …"

"Gil. Je ne veux pas que tu te sentes responsable de mon départ, c’est pour ça que je t’ai écrit cette lettre et aussi parce que je savais que si tu étais en face de moi au moment de mon départ alors je ne pourrais pas partir et ça n’aurait pas été une bonne chose à long terme. …. Je t’aime et comme tu as du le comprendre lorsque tu as proposé que l’ont se marient, je veux construire mon futur avec toi mais pour cela j’ai besoin d’être en paix avec mon passé. Ce n’est pas la raison principale de mon départ et si ça avait été le cas je t’en aurai parlé et nous aurions trouvés un moyen de gérer ça. Le fait est que … j’ai cru que je pourrais faire avec ce qui c’est passé dans le désert et j’ai essayer … j’ai essayer de mettre ça dans les inconvénients du métiers de CSI et de continuer ma vie. Greg a été agressé et il est allé de l’avant il a réussi a faire en sorte que ce soit un mauvais souvenir et …"

"Sara … ne compare ce qui t’es arrivé à l’agression de Greg ce n’est pas juste une question de blessures physique. A sa sortie d’hôpital Greg avait des gens pour l’entourer pendant qu’il récupérait, il avait sa famille. Toi tu t’es retrouvé seule…"

"Gil"

"Non attend laisse moi finir. Même si j’étais là avec toi, même si je t’ai aidée à guérir physiquement, je n’ai pas été là pour ce dont tu avait le plus besoin et je m’en rend compte aujourd’hui. Tu avais besoin de parler de ce qui s’est passé et j’ai tout fait pour que tu évite le sujet et que tu n’y pense plus. En fait, c’est surtout moi qui ne voulais pas revoir se sentiment d’impuissance que j’avais ressenti à la découverte de ton enlèvement, revenir et me rappelé que tu t’étais retrouvé sous cette voiture à couse de mon amour pour toi. …"

Il compris au son saccadé de son souffle qu’elle devait être en train de pleurer.

"Sara, … même si je voudrais que les choses soit différentes et que je voudrais que tu soit là près de moi pour que je puisse te prendre dans mes bras, te consoler et t’aider à combattre tes peurs, je sais que tu as besoin de faire cela et même si ça me brise le cœur de te savoir loin de moi sache que je comprends ta décision et que je ferais tout mon possible pour te soutenir et t’aider. Si tu as besoin que je vienne …"

"Non" répondit-elle bien plus rudement qu’elle ne l’aurais voulu "je ne veux pas que tu sois là. Tu es la lumière derrière le nuage sombre de mon passé. Tu es ce qui permet d’avancer dans la vie et même si j’aimerai que tu sois là avec moi je sais que c’est quelque chose que je dois faire seule. J’ai besoin d’être en tête à tête avec tous les fantômes de ma vie, de les combattre seule pour pouvoir être capable de construire mon futur avec toi si c’est toujours ce que tu veux et si tu es prêt à patienter quelque…"

"C’est toujours ce que je veux Sara, je sais que j’ai mis du temps à m’en rendre mais aujourd’hui je ne veux pas imaginer ma vie avec une autre personne que toi et Hank n’ont plus."

Elle laissa échapper un petit rire

"Au moins je t’aurais entendu rire. Sara, prend le temps qu’il faudra pour être en harmonie avec toi-même et je saurais être patient tout comme tu l’a été tout ce temps avec moi avant que je me rende finalement compte que j’avais besoin de toi. Appelle-moi dès que tu en sentiras le besoin quelque soit le moment du jour ou de la nuit je te répondrais, ou si tu préfères écris-moi ou envoie un e-mail. Je veux juste savoir que tu vas bien."

"D’accord … Gil merci d’être si compréhensif avec moi. …. Tu sais que on a rarement parler autant tout les deux, je veux dire une discussion ou l’on parlait de nos craintes et de nos sentiments."

"Il faudra qu’on change ça."

"Oui. … Je suis sur que les autres vont te demander ou je suis et pourquoi je suis parti. Je suis désolé de te mettre dans une telle position mais je te laisse leur donner l’explication. Greg va sûrement m’en vouloir et reporter se colère sur toi. Ça lui passera. Je l’appellerai dans quelques jours une fois que j’aurais trouvé ou posé mes bagages pour lui expliquer que tu n’y es pour rien."

"Je me débrouillerai avec lui. J’éviterais de faire équipe avec lui pendant quelque temps."

"Je vais te laisser maintenant, je dois y aller. Prend bien soin de toi et de Hank et ne profite pas de mon absence pour lui donner plein de gâteaux."

"Je t’aime Sara, tu me manques déjà."

"Je t’aime aussi. Au revoir Gil. Je t’appellerai c’est promis."

Lorsqu’il eu raccroché, il senti un larme coulé sur sa joue. Son absence allait être dur pour lui mais il savait qu’il pouvait compter sur son travail pour lui occuper son temps libre.

Il se leva de son canapé, rempli la gamelle de Hank et parti se coucher dans son lit qui lui paressait d’un seul coup bien grand. Sara n’avait pris que le strict nécessaire an partant et avait laisser un certains nombre d’affaire dans les placards et tiroirs qu’ils partageaient maintenant depuis près d’un an.

Il en ouvrit un et vit que Sara avait laissé son cette écharpe qu’il aimait tant la voir porter et qui dissimulait à merveille les traces rouge que sa barbe pouvait laisser dans son coup avant qu’il ne la rase.

Il la prit et enfoui son visage dedans afin de sentir l’odeur de Sara. Puis il s’avance vers son lit et rangea l’écharpe dans sa table de nuit.

Lorsqu’il s’endormit enfin il avait dans ses bras l’oreiller sur lequel Sara dormait habituellement.

Les jours, semaines et mois passèrent ainsi, Grissom passait le plus clair de son temps au travail laissant aux enfants de sa voisine le soin de s’occuper de Hank dans la journée puis il rentrait pour lui faire faire une promenade, l’emmenait chez la baby-sitter et repartait travailler. Les premiers jours, tout le monde lui avait demandé comment il allait. Brass lui avait demandé des nouvelles de Sara, Nick avait tenté de l’inviter pour prendre le petit déjeuner avec lui, Cath lui avait conseiller de prendre un congé et de rejoindre Sara, Warrick connaissant la discrétion de son supérieur lui avait fait comprendre qu’il savait par quoi il passait. Seul Greg avait été distant et froid avec lui.

Mais au fur et à mesure que les jours passaient les choses avaient retrouvées le cours « normal », chacun avait repris ces petites habitudes, Grissom passait toujours autant de temps dans son bureau mais Greg s’était calmé (sûrement après l’appel de Sara).

Sara appelait à intervalle assez régulier Grissom pour lui faire part de ses avancements et déplacements. Après avoir été voir sa mère, elle étaient retourné voir les différents endroits ou elle avait grandi (en tant qu’enfant placé elle avait été dans plusieurs famille différentes pas toutes très accueillantes) et à chaque appel Grissom pouvait entendre au son de sa voie qu’elle reprenait pied mais ne lui demandait jamais combien de temps elle pensait rester encore loin de lui.

Un peu plus de 6 mois étaient passés depuis son départ et un jour alors qu’il était rentré chez lui pour se changer son téléphone sonna. C’était elle.

"Bonjour sara. Comment vas-tu ?"

"Bien, très bien même."

Sa voix était enjoué mais avec une pointe d’appréhension semblait-il. Il lui demanda alors.

"Que se passe-t-il ? Quelque chose ne vas pas ?"

"Je ne sais pas. Où plutôt je ne sais pas encore."

"De quoi parles-tu ?"

A ce moment là il entendit frapper à la porte.

"Restes en ligne je vais ouvrir la porte."

"Ok"

Et au moment ou il ouvrit la porte, il cru que son cœur allait exploser tellement il se mit à battre vite. Et il resta bouche bée en la voyant là sur le pas de la porte. Elle était tellement jolie. Elle avait l’air apaisée et changée. Elle rayonnait. Il lui attrapa le bras et la fit entrer dans la maison tout en raccrochant son téléphone, ce quelle fit également. Une fois dans le maison elle lui fit un grand sourire et il se demanda à ce moment là comment il était possible que sa poitrine n’est pas encore explosé.

"Bonjour "dit-elle "je ne savais pas si tu serais là ou pas, c’est pour ça que je t’es appelé je ne voulais pas que la première personne que je vois en revenant soit le chien."

Elle l’avait dit, il avait bien entendu, elle était revenue.

Comme il ne disait rien et ne réagissait pas elle ajouta.

"J’aurais peut-être du …"

Mais avant qu’elle ait pu finir sa phrase, il s’approcha d’elle, attrapa doucement son visage et l’embrassa tendrement.

Puis il recula et la regarda en souriant.

"Tu parles trop."

Et il l’embrassa à nouveau mais cet fois le baiser devint plus passionné et il finir par prendre le chemin de la chambre ou il firent tendrement l’amour et s’endormirent dans les bras l’un de l’autre.

Lorsqu’il se réveilla quelques heures plus tard la place à côté de lui était vide et pendant un instant il crut qu'il avait rêver ce qui s'était passé, mais en entendant parler dans la pièce à côté il su qu'il n'avait pas rêver. Il se leva et se laissa guider vers sa vois se demandant à qui elle pouvait bien parler. C'est une fois arriver dans la pièce ou elle se trouvait qu'il compris qu'elle était comme "au bon vieux temps" en train de discuter avec Hank.

Elle était dos à lui, il s'approcha d'elle et lui déposa un baiser dans le coup. Elle fut d'abord surprise (agréablement) de sa présence dans la pièce puis elle se retourna pour pouvoir l'embrasser elle aussi.

Il cessa à regret le baiser et lui expliqua qu'il avait dit à ecklie qu'il rentrait pour se changer et revenait dans l'heure. Il lui avait dit cela 3 heures avant. Elle lui dit alors de ne pas s'inquiéter pour elle, quelle ne comptait pas repartir. Elle lui demanda simplement d'éssayer de réunir toute l'équipe pour le petit déjeuner à la fin du service et qu'elle le rejoindrait directement au diner pour leur faire la surprise de son retour et également avoir une occasion de leur parler.

Gil arriva finalement au Labo pour le début de son service et expliqua à Ecklie qu'il avait eu un problème avec son chien. Il passa ensuite tout son service de trés bonne humeur ce qui intrigua ses coéquiers qui ne se risquèrent tout de même pas à lui demandé ce qui le mettait dans cet état de peur de le faire changer d'humeur. A la fin du service, à leur grande surprise, il proposa à ses collègues (Warrick, Nick, Greg, Catherine et Brass) de partager un petit déjeuner au diner. L'étonnement général passé, ils acceptèrent tous son offre.

Une fois au diner, ils commandèrent leur repas et Grissom en profita pour envoyer un message à Sara pour la prévenir qu'ils étaient tous réunis. Quelques minutes plus tard, alors qu'ils attendaient leur commande, ils virent Grissom se lever soudainement et se diriger vers la porte. Ils se regardèrent tous s'attendant à ce que l'un d'entre eux donne une explication sur le comportement de Grissom depuis le début du service. Avant qu'ils n'aient eu le temps de dire quoi que se soit, ils virent Grissom revenir vers la table et furent plus que surpris en comprenant qui était la personne qui le suivait.

Lorsqu'elle arriva finalement devant la table, ce fut 5 paires d'yeux totalement ébahis qui l'accueillir. Avant que l'un deux n'ait l'occasion de dire quoi que ce soit elle prit la parole tout en incitant (d'un simple regard) Gil à s'assoir.

"Bonjour à tous. Avant que vous ne disiez quoi que se soit je veux juste dire une chose. Chacun d'entre vous à des raison de m'en vouloir pour la façon dont je suis parti et le peu de nouvelles que je vous aient donné durant ces 6 mois. Je veux que vous sachiez que je comprendrais trés bien que vous soyez en colère et que vous n'ayez pas envie de me parler, mais si vous me le permettez je souhaiterais à présent vous expliquer les raison exacte de mon départ. Si vous ne voulez pas m'écouter je comprendrais."

Elle interrogea chacun d'eux du regard et après quelques instant de réfléxion, toujours sans un mot il se décalèrent les uns après les autres afin de lui faire un place à la table. Grissom sourit et se leva pour prendre une chaise à la table voisisne et placa la chaise juste à côté de la sienne afin de pouvoir être au près d'elle lorsqu'elle leurs éxpliqueraient à tous les raison de son départ ainsi que les décisions qu'elle avait prit pendant son absence. La principale décission étant qu'elle ne retournerait pas travailler au labo car elle voulait changer d'environnement de travail.

Après quelques secondes de réflexion, Sara fini par se lancer et raconta toute son histoire à ses anciens collègues en commençant par l'élément principale de son histoire personnel : la mort de son père.
Son long récit occupa toute la durée du repas et fut ponctué de quelques question mais une fois terminé, elle se senti soulagé de leur avoir parlé et elle su qu'a partir de cet instant précisément tout serait différent.


Petit album photo special Grissom/Sara

toydeyesex.jpg
s8alacart.jpg











normal_717_615.jpg
bta_leapinlizards_0012.jpg





















Cette histoire est une traduction de la fanfic "The doors" de ckofshadows donc rien est moi.
C'est spoiler principalement pour l'épisode 8x06 "Who and What".

Pour ceux qui connaissent cette histoire, il y a une petite référence à l'histoire "Castle in the air" de Lasrevinu (en anglais) et Chriscarter (en français).

C'est un bel hommage au auteurs de fics.
Bon c'est parti.

  Les portes

Son cœur se serra, lorsque Grissom regarda Jack Malone monter les marches de la maison de Jason Taylor. L’homme, qui est loin de l’âge de la retraite, semblait las et cassé.

En réalité, à ce moment là, Jack ressemblait à Sara.

Grissom bougea sur le fauteuil passager de la voiture, sortit son téléphone portable et le fixa pendant un moment. Finalement il laissa échappé un soupir, composant le numéro de mémoire.

Une femme répondit. « Allo? »
« C’est Grissom », dit-il simplement. « écoutez, c’est …. Il est temps. »
« Quoi? »
« Nous devons mettre le plan d’urgence en marche. » Ses paumes était moite de sueur, et il les frotta contre son pantalon.
« Je vais avoir besoin d’au moins deux jours, » répondit la femme. « ça prend un certains temps pour rassembler - »

« Nous n’avons pas le temps, » l’interrompt-il, regardant paniqué jack entré dans la maison, ses épaules s’affaissèrent encore plus. « Je suis entrain de la perdre. »

Il y eu une pause, et ensuite un léger soupir. « Je vais voir ce que je peux faire. »
« Merci, » souffla-t-il, fermant ensuite son téléphone avec un petit click.

Le vol vers la maison sembla durer une éternité. Sara était supposée le prendre à l’aéroport, mais à la place elle avait laissé un message laconique sur son répondeur. Il resserra son emprise sur ces bagages et héla un taxi.

Il l’a trouva à la maison, ses yeux collés devant un rediffusion de Friends.
« Hey, » gardant sa voix délibérément miéleuse. « Je suis revenu »
« Comment était ton vol? »
« C’était bien »
« C’est bien »
Elle fixait l’écran d’un air absent, et il l’a fixait d’un air absent.
Il avait son téléphone portable dans les mains avant même d’être entré dans la chambre.

Le réveil sonna à 9 heure. Alors qu’il ouvrait les yeux, Grissom savait qu’elle ne serrait pas allonger près de lui. Il se dirigea sans bruit dans le salon, qui était uniquement éclairer par la lumière de la télé.

« Hey, » dit-il, s’appuyant contre le mur.
« Il est l’heure d’aller au travail? » demanda-t-elle
« Non, nous … non. On ne va pas aller travailler ce soir. »
Elle haussa les épaules. « Okay. »

Il se rappela les jours ou elle partait travailler alors qu’elle était en nuit de repos. Il se rappela de plus récent jours ou il devait éloigner ses lèvres de son coup afin de pouvoir sortir. Dans les deux cas, Sara faisait profondément attention d’ou elle était et ce qu’elle faisait.

« On va faire un voyage, chérie."
Elle remplie calmement un sac de voyage, et caressa la tête du chien puis suivi Grissom à l’extérieur.

Sara ne demanda pas ou ils allaient, et il ne lui dit pas. Ils firent le trajet en silence.

Il s’en voulait d’avoir laisser les choses en arriver là. Il y avait eu des signes, et il avait choisi de les ignorés. Sara était toujours si forte; il pensait qu’elle pourrais traverser cela.

Mais la personne assise à côté de lui n’était pas Sara. Plus maintenant.

Ils roulèrent pendant des heures, à travers l’immensité vide du désert. Finalement un énorme bâtiment apparu à l’horizon. Grissom se redressa d’anticipation et de panique alors qu’il arrivait dans le parking, arrêtant la voiture.

Une femme les attendaient à l’extérieur du bâtiment.
« Grissom, » le salua-t-elle. « Sara. »
Grissom la salua de la tête. « Tout est prêt? »
« Autant que possible, oui »

Elle se dirigea vers l’entrée de l’immeuble. Grissom et Sara la suivait de près alors qu’elle les guidait à travers une séries de portes closent. Certaines requérant des pass, d’autres requérant des empreintes de pouce ou des scans rétiniens.

« Vous serez entre de bonnes mains ici, Sara, » dit la femme
« Comment connaissez-vous mon nom? »
« Je sais beaucoup de chose sur vous, » répondit la femme. « Pas tout, bien sur. Mais beaucoup. »
Avançant à pas rapide, ils passèrent une autre porte close. Puis, Sara se stoppa de surprise

Ils étaient dans une pièce immense, au forme parfaitement ronde, avec ce qui semblait être une centaine de porte. Les portes était calé serré ensemble, comme si quelqu’un avait essayer de faire entré trop de porte dans la pièce.

« C’est le mieux que nous ayons pu faire, » murmura la femme,

Un groupe important de personne ce tenait au centre de la pièce. C’était un mélange étrange et incongru, sans aucun doute. Certains était des hommes; la plupart était des femmes. Ils étaient de tous ages et formations, de toutes tailles et corpulence. Il regardèrent nerveusement les trois personnes s’approcher.

« Okay, ça suffit, » dit Sara brusquement. « Quelqu’un pourrait-il me dire ce qu’il se passe. »
Grissom . « Chérie… je vais te laisser ici. »
Elle ouvrit ses yeux en grand. « Tu vas quoi? »

« Je ne sais pas si c’est ton kidnapping, ou de refoulés des souvenirs… mais quelque part sur le chemin tu as perdu de vue qui tu es. Et la dernière chose que je veux c’est que tu parte faire un voyage de recherche de toi-même, quand tu peux le faire d’ici en tout sécurité. »

“Faire quoi ici?”
“Guérir”
Sara secoua la tête, « Je ne comprend pas. »
« Ouvrez l’une des portes, Sara » dit finalement la femme. « celle que vous voulez »
Avec un regard plein d’interrogation vers Grissom, Sara, s’avança vers l’une des portes la plus proche. Elle l’ouvrit et entra.
La porte se referma derrière elle.
Tous ceux encore présent dans la pièce laissèrent échapper un souffle. La foule au centre commença à murmurer.
Dans laquelle est-elle allée ?
L’une des miennes. J’espère que-
La porte s’ouvrit brusquement, et Sara en sorti, le regard perdu.
« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? »
« Essayez-en une autre, » lui dit doucement la femme
Ils la regardèrent traverser une autre porte. Puis une troisième, puis une quatrième.
« Dites-moi que c’est une bonne idée, » murmura Grissom
« Seul le temps nous le dira, » dit la femme.
Sara resta dans la dixième porte durant une demi heure, et quand elle en sorti, elle était en larmes.

« Je ne comprend pas, » dit-elle, essuyant ses yeux avec sa manche. « Ces portes … elles mènent à, quoi, des univers parallèles ? »

« Pas vraiment, » répondit Grissom.
« Mais je suis dedans, » « Je suis, et tu es, et tout les membres notre équipe … nous sommes tous dedans - »

« Vous y êtes et vous n’y êtes pas, » dit doucement la femme. « Ce qui est derrière ces portes n’est pas réel. Ce qui est derrière ces portes s’appelle fanfiction. »

Sara la regarda et cligna des yeux. « Fan - »
« Fiction, oui »
Elle cligna encore des yeux, puis pencha la tête. « Bien. Okay. Grissom, on y va »

« Non. » Ses yeux étaient brillants alors qu’il la regardait. « Chérie, tu sais aussi bien que moi que tu t’es perdu toi-même. Et dernièrement tu semble t'être briser sous la pression et tu te comporte d’une manière qui n’est plus - » Il se tue, lorsqu’il vit que Sara commençait à pleurer. « Oh, mon cœur. »

« Tu me laisse ici, avec toutes ces histoires bizarre ? »

« L’espoir, » dit la femme, « est que vous puissiez vous immergé vous-même dans la fanfiction, et à force d’aspiration de redécouvrir qui vous êtes. »

« Qui je suis ? » Sara rit sans joie. « Comment ces pièces peuvent-elles représenter qui je suis ? Ils décrivent mal mon enfance, et l’histoire de la mort de mon père est totalement déformer … Je veux dire, ils n’arrêtent pas d’appeler mon chien Bruno, pour l’amour de Dieu. »

La foule au centre émit un grognement collectif de mécontentement qui semblait vouloir dire quelque comme Stupide capture de photo.

« Mais vous, Sara, » appuya la femme. « Ils vous comprennent vous. Vous n’êtes pas votre passé, ou votre chien. Et c’est ce que vous avez besoin de réalisé. »

Sara se tourna pour regardé les portes. « Mais il y a de la peine la dedans. Je veux dire … dans la dernière ou j’ai été, Grissom avait cette horrible attaque cardiaque, et je le tenais dans mes bras alors qu’il était en train de - » elle se tue, retenant un sanglot. « Je ne peux pas faire ça. »

« Alors contente toi d’aller dans les histoire qui finissent bien, pour l’instant, » dit Grissom, en caressant doucement son épaule. « Prend du réconfort de celles-ci. Souviens-toi qu’elles sont là si tu as besoin d’une petite bulle pour te consoler. »

« Ici, » dit la femme, la guidant vers la lignée de porte. « Essayez celles-ci. »

Et, pendant un moment, Sara fit des allers retours dans les pièces. Après la première porte, il y avait un petit sourire sur son visage. A la septième porte, c’était un vrai immense sourire.

« Ce mec Pierre de l’Orient Express est trop drôle, » elle rie, en revenant dans la pièce circulaire. « Et cette autre pièce, ou nous somme tous ensemble au lycée ? »

« J’aime celle-là, » sourit la femme.

Sara continua d’essayer plus de portes. Elle fit d’étrange référence à de l’alchimie et des interruptions et des petits pâtés de chocolat couverts de menthe poivrée. Parfois elle émergeait d’une porte semblant en sueur et agité, et les personnes au centre murmurent des mots tels que Smut et prOn avec plaisir.

A un moment elle ouvrit une porte, et le son d'une musique à vous en crever les tympans en sortie. Elle claqua la porte pour la refermé, ses yeux ouverts plein de panique.

« Mais qu’est ce que c’est que ça ? »
La femme eu la politesse de paraître embarrassé. « heu … c’était une songfic. Désolé pour ça. »
La foule murmura aussi, alors qu’une voix protesta faiblement, « Mais la chanson était tellement parfaite ! »
« Qui sont toutes ces personnes, au fait ? » demanda Sara.
« Ce sont les auteurs de fanfic, » répondit la femme. « Chaque porte de cette pièce conduit à une de leur créations. »
« Vraiment ? Ils ont écrit toutes ces histoires ? »
« Ouais »

Souriant timidement, Sara s’approcha du groupe. « Je peux … Je peux vous poser quelques questions ? Comme… Je veux dire… Comment ça se fait que Sofia fini quasiment toujours mangé par un ours ? »

« Euh … nous n’avons pas beaucoup de temps, » dit la femme, « Nous voulions juste tous venir ici et vous souhaiter le meilleur. »

« Vous partez ? »

La femme s'approcha et serra la main de Sara. « Nous avons du travail. Nous sommes les seuls qui pouvons garder votre personnages en sécurité maintenant. »

Sara combattait les larmes alors qu’elle serrait dans ses bras la femme, puis Grissom. La foule s’agita spéculant sur les incroyables fics que pourrait donné tout ceci.

« On vous laisse vous dire au revoir. »
Et avec ça, la femme et les auteurs partirent. Il ne restait plus que Sara et Grissom, se tenant dans une mer de possibilités.

« Viens avec moi, » dit Sara, le tenant serré contre elle. « On peut aller élever Brenda ensemble, ou faire du baby-sitting avec les enfants de mon frère. On peut fonder une famille et déménager au Canada. On peut - »

« Ce n’est pas réel, Sara » Chuchota Grissom, en lui caressant le dos. « On ne peut pas vivre dans ces histoires. »
« Alors pourquoi - »

« Parce que tu ne vit pas non plus dans le monde réel. » Il recula pour la regarder fixement. « Tu sai que je t’aime, n’est-ce pas ? »

« Je sais. » Elle l’embrassa tendrement « Tu sais que je t’aime aussi ? »
« Je sais. »
Ils soupirèrent, regardant les portes autour d’eux.
« Laquelle de ces histoires est ta préférée, au fait ? » demanda Sara

Il pointa une porte à l’autre bout de la pièce. « C’est là-bas dans la section angst. Vois-tu, tu meure, et il se trouve que je suis mort depuis des années et tu me cherche au paradis - »

« Laisse moi résumer ça. Je suis morte, tu es mort et c’est ton histoire préférée ? »

Il gesticula, en souriant. « A la fin, nous passons l’éternité ensemble, créant notre propre monde. Qu’est-ce qui pourrais être mieux ? »

Elle le prit de nouveau dans ses bras, humant son odeur. « Tu reviendras pour moi ? »
« Tu peux compter sur moi. »
« Tu te souviendra de caresser le ventre de Hank ? »
« Aussi longtemps que tu te souviendras de couvrir Brenda la nuit. »
« Tu vas me manquer, » dit-elle doucement.
« Je ne devrais pas, Sara. Je suis dans presque toutes les pièces, n’attendant que toi. »
« Mais et toi ? tu seras seul. »
Grissom embrassa une de ses tempes. « Tu m’attendra dans mes rêves. »
Il y eu un cognement à la porte principale, et la femme passa sa tête dans l’entrebâillement. « Grissom ? C’est l’heure. »

Il teint Sara et l’embrassa encore et encore, souhaitant se rappeler de la sensation de la tenir dans ses bars. Et finalement lui dit au revoir.

Et Bonne chance.

Traduction de la nôte de l'auteur :Cette histoire est dédicacée à tous les auteurs de fic ou qu’ils soient. Puissiez-vous garder Sara Sidle en lieu sur jusqu'à son retour.



^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
 


Voila une petite histoire de noël que j'ai écrit pour Noël.

Bonne lecture


L'esprit de Noël 

Sara entra dans la maison après une enquête assez étrange. Un couple c’était entre-tué à cause d’un chien !

En arrivant dans le salon elle fut surprise de voir des cartons sur la table basse, 2 cartons de taille moyenne qui semblait bien rempli. Après la surprise, elle senti un frisson dans son dos. Que se passait-il ? Pourquoi ces cartons ? Avait-il décidé de déménager sans lui en parler ? Ou peut-être était-ce les quelques affaires qu’elle avait laissé chez lui chaque fois qu’elle venait. Il n’appréciait peut-être pas autant qu’elle le pensait sa présence chez lui.

Toujours dans ces pensées et regardant fixement les cartons, elle ne l’entendit pas arriver dans la pièce. C’est lorsqu’elle sentit qu’il lui touchait le bras qu’elle se rendit compte de sa présence. Il était à côté d’elle et avait un autre carton dans les mains.

Il lui déposa un petit bisous sur les lèvres puis se dirigea vers la table basse ou il déposa le 3ème carton, plus petit que les deux autres. C’est à ce moment là qu’elle décida de lui demander ce qu’il se passait.

"Ou vas-tu ?"lui demanda-t-elle tristement
"Quoi ?"

Elle regarda les cartons et il compris ou elle voulait en venir. Il se leva lui attrapa la main et la guida vers la petite table basse. Une fois assis par terre devant la table il brisa le silence

"Ouvres-en un," lui dit-il simplement

Elle le regarda perpexle. D'accord de toute évidence ça ne devait pas être des affaires de déménagement ni ces affaires à elles, en tout cas elle l'espèrait. Mais alors que pouvait-il y avoir dans ces cartons? Et tout à coup, pensant au propriétaire de ces boites, elle recula légèrement de la table. Que pouvait-il y avoir dans ces cartons? Cafards? Araignée? Insectes divers?

Voyant son geste de recul il tenta de la rassurer.
"Tu n'as rien à craindre il n'y pas d'insectes à l'intérieur, ni rien de vivant ou de mort, normalement," dit-il

Elle se rapprocha alors de la table et tout doucement avanca une main pas trés rassurer vers l'un des cartons. Elle l'ouvrit trés délicatement et lorsqu'elle vit ce qu'il contenait ne pu que rester bouche-bée. Elle décida donc d'ouvrir les 2 autres cartons et lorqu'elle vit ce qu'ils contenaient, elle laissa échapper un petit rire.

Nous étions au mois de décembre quoi de plus logique. Mais jamais elle n'aurait imaginer qu'il possède autant de décoration de Noël. Les 3 cartons étaient pleins de guirlandes, boules et autres décorations de Noël. Elle le regarda étonné.

"D'ou est-ce que tu sors tout ça?"

"De mon garage. répondit-il tout naturellement "Ma mère achetait toujours un tas de décorations pour Noël et quand j'ai déménagé à Vegas, j'en ai emmener un peu avec moi histoire d'avoir un peu de ma famille avec moi pour Noël même si je ne peux pas être avec eux."

"C'est adorable" dit-elle en se penchant vers lui pour l'embrasser puis elle commenca son exploration du premier carton devant elle, celui qui contenait les guirlandes.

Gil l'a regardait, il lui semblait que c'était la première fois qu'elle voyait des guirlandes.
"Si tu veux on peux mettre tes décorations sur le sapin," lui proposa-t-il

"hmm?" elle étudiait a présent une trés belle guirlande rose clair et blanche qui semblait avoir déjà connue beaucoup de Noël mais restait dans un trés bonne état.

"Tes décorations de Noël" reprit-il "Tu pourrais en emmener quelques-une ici si tu veux faire un sapin chez toi comme ça il y aura aussi un peu de toi sur ce sapin."

Elle le regarda cette fois et essaya de dire quelque chose mais finalement baissa la tête et retourna dans l'exploration des guirlandes.

Gil posa sa main sur la sienne
"Sara?"
"Oui."
"Tu ne veux pas fêter Noël avec moi?" demanda-t-il tristement
"Bien sur que si. Pourquoi?"
"Tu n'aimes pas décorer le sapin à Noël?"

"Je ne décore pas de sapin pour Noël."Lui expliqua-t-elle. "Je met des bougies et des petits trucs dans mon appart mais pas de sapin donc je n'ai pas de guirlandes ni aucune décorations pour le sapin."

Il l'a regarda étonné.
"Quand as tu eu un sapin pour la dernière fois à Noël?"
"La dernière année avant mon entrée à Harvard,"dit-elle
"Pourquoi?"Lui demanda-t-il étonné

"Quand je vivais encore avec mes parents et mon frère, les Noëls se finissait d'une manière ou d'une autre par des cris et des larmes et quelques fois même par un séjour à l'hopital. Quand j'ai été placé, Noël était la période ou les familles faisait leur carte de voeux "familiale". Tu sais celles ou toute la famille pose pour la photo et ou tu écris "la famille untel vous souhaite de Joyeuses Fêtes". Tu ne met pas les enfants que tu accueille sur ce genre de photo." Il l'écoutait parlé sans dire un mot. "Quand je suis entré à Harvard je me suis dit :"ici commence une nouvelle vie, personne ne te connais, personne ne sais d'ou tu viens ni quel est ton passé. A présent c'est toi la seule à prendre les décisions te concernant." Et donc j'ai fait en sorte de laisser tout mes mauvais souvenirs derrières moi et de m'en inventer des nouveaux avec d'autres personnes. En général à Noël, tout le monde repartait dans sa famille et les quelques uns qui restait au campus ne restait pas pour passé la soirée autour d'un sapin donc on sortait. Et après j'ai gardé cette habitude."

Durant tout le temps de son monologue, elle ne l'avait pas regardé, elle était resté plongée dans l'exploration des cartons devant elle.

Après un moment voyant qu'elle avait terminé de parlé il brisa le silence.
"Il nous faut un sapin." dit-il
"Hein?"
"On a des décorations mais on pas de sapin." Dit-il tout naturellement
"On?"demanda-t-elle étonnée

"Il y a des tas de choses que je ne peux pas changer chez toi : tu es végétarienne, je n'arriverai certainement jamais à te faire manger les insectes grillés que je mange et tu n'aimes pas les araignées entre autre chose, mais il est certain que je ne vais pas te laisser passer Noël toute seule chez toi à regarder la télé ou que sait-je encore. Donc tu va passer Noël ici avec moi."

"Ok"
"Donc il Nous faut un sapin."
"Ok"

Elle était trés surprise de ce soudain changement de comportement de Grissom, lui qui habituellement avait tant de mal à exprimer ce qu'il ressentait venait de "l'inviter" à passer Noël avec lui.

Il se leva donc, lui tendit la main pour l'aider à se lever et il partirent. Pendant le trajet Sara se demanda comment avait pu être les Noëls de Grissom lorsqu'il était enfant.

Ils arrivèrent finalement sur le parking d'un magasin que sara ne connaissait pas. Elle regarda intriguée la devanture du magasin qui, étant donné le nombre de sapin qui se trouvait dans la vitrine, devait être ouvert uniquement au moment de Noël.

Lorsqu'elle se retourna vers Gil, avant qu'elle n'est eu le temps de lui demander quoique se soit il prit la parole.

"Je viens ici tout les ans chercher un sapin, c'est un peu en dehors de la ville donc je suis sur de ne croiser personne du Labo qui commencera à me raconté ce qu'il ou elle fait pour Noël," lui expliqua-t-elle

"Tu viens ici tout les ans?"

"J'aimes Noël, c'est une période de l'année ou malgré ce qu'il peut se passer pendant le service une fois à la maison je ne pense qu'a ce que je vais offrir à ma famille."

"Ta famille va venir pour Noël?" Demanda-t-elle avec une pointe de panique dans la voix.

"Non je leur envoi des cadeaux. Viens." dit-il en la guidant vers le magasin. Arrivé à l'entrée du magasin, il se stoppa et se retourna vers elle subitement. Il avait les mains dans le dos.

"Que se passe-t-il? Tu as vu quelqu'un du Labo" demanda-t-elle inquiète en essayant de regardé derrière lui.

"Non. Simplement nous entrons dans un endroit dédier à Noël : des sapins, des décorations et tout un tas de choses plus ou moins utiles pour Noël. Et donc avant d'aller plus loin tu dois te mettre dans l'esprit du lieu," dit-il

"De quoi est-ce que tu parles?"
"Fermes les yeux," lui dit-il tout souriant
"Qu'est ce que tu vas faire?" lui demanda-t-elle pas trés rassurée
"Tu verra. Allez fermes les yeux."
"Ok" dit-elle finalement

Elle le sentit bouger près d'elle puis lui déposer quelque chose sur la tête. Il lui prit ensuite les mains pour ne pas qu'elle y touche et lui demanda de rouvrir les yeux.Et lorsqu'elle les ouvrit elle ne pu empêcher un éclat de rire. Il se tenait devant elle et avait mis sur sa tête un de ces bonnets de Noël rouge et blanc. Avec sa barbe il ressemblait presque à ces pères noël que l'on voit dans les magasins à la période de Noël.

"Tu as l'intention de jouer au Père Noël pour le labo?" lui demanda-t-elle amusée
"Non."

Elle repensa tout à coup qu'il avait déposé quelque chose sur sa tête à elle. Elle se retourna vers la porte du magasin et vit qu'elle portait elle aussi le même genre de bonnet. Elle fit la moue et se retourna vers Gil avec un regard intérrogateur.

"C'est pour te mettre dans l'esprit de noël et en plus..." il se rapprocha d'elle pour lui dire la suite " Tu es trés sexy comme ça."

Il lui déposa un baiser sur la joue puis se recula. Son visage était tellement rouge qu'elle pouvait quasiment rivalisé avec la couleur du bonnet. Elle n'y croyait pas il venait de lui dire ça, à l'oreille certe, mais dans un endroir public avec plein de gens.

"Allez," dit-il "Il nous faut un arbre. Quel genre d'arbre tu veux?"
"Pardon?"
"Tu en veux un grand ou un petit, un touffu ou avec peu de branche?"
"Euh... j'en sais rien."
"C'est pour ça qu'on est là. Viens, on va aller voir les arbres."

Ils partirent donc en direction du coin arbres du magasin. En passant, elle remarqua que l'autre côté du magasin était sans aucun doute dédier au décorations : elle pouvais apercevoir dans le fond des guirlandes lumineuses rouge représentant le père Noël.

Lorsqu'il arrivèrent dans l'espace des sapins, la première chose qu'elle remarqua fut l'odeur qui se dégageait de cet endroit. On se serrait cru dans une forêt pleine de sapin. Ce qui était quasiment le cas sauf que les sapins n'était pas enraciné dans la terre mais posés sur le béton et tenait grace à des morceaux de bois accrochés au pied de l'arbre. Les arbres étaient alignés sur plusieurs rangées et classés par taille.

Un homme s'approcha de Grissom tout souriant, à première vu Sara se dit qu'il devait sourire à l'idée de la vente qu'il allait faire mais, lorsqu'il lanca un : "Bonjour, Dr Grissom." elle comprit qu'en fait il était simplement heureux de voir Grissom.

"Je me damandais si vous alliez venir" continua-t-il "Nous sommes déjà le 15 Décembre et d'ordinaire vous venez bien plus tôt."

"Bonjour Keny," répondit Grissom. "Je vous présente Sara Sidle une amie à moi." Keny lui serra la mein avec un grand sourire et lui dit bonjour.

"J'ai été assez occupé au niveau de mon travail ces derniers temps mais il fallait bien que je vienne chercher un sapin. " reprit Grissom. "De plus, Miss Sidle m'a expliqué plus tôt dans le journée que cela faisait plusieurs années qu'elle n'avait pas décorer de sapin pour Noël donc je l'ai emmener avec moi pour lui... Comment dites-vous cela? Ah oui, lui insufler un peu de l'esprit de Noël."

Keny sourit apparement heureux que Grissom le cite. "C'est tout à fait ça. Mais vous n'avez pas décorer de sapin depuis..." au regard que Grissom lui lanceait Keny se tu.

"Sara va m'aider à choisir un sapin et ensuite on le décorera ensemble". dit Grissom

"Oh d'accord" dit Keny puis il fit un clin d'oeil à Grissom et se retourna en indiquant les sapins "Eh bien je vous laisse faire votre choix. si vous avez besoin de moi vous savez ou me trouver."

Sara suivit Grissom qui s'avanceait vers les sapins. Tout en regardant les sapins elle lui dit : "Tu sais que tu viens de dire à un vendeur qu'on est ensemble."

Grissom l'a regarda puis répondit : "Crois moi Keny a bien d'autre priorité que de se soucier de ma vie privée. C'est pour ça que je viens ici tous les ans. Ca fait 10 ans que je le vois une fois par ans en venant acheter mon sapin et parfois nous discutons."

"Vous discuter?" demanda Sara qui avait tourné tout à coup la tête vers lui intriguer par cet "déclaration".

"Oui il aime les fêtes et surtout parler des fêtes, ce qu'il met comme décoration, ce qu'il prévoit pour sa fiancée, dès qu'il commence à parler de Noël, de sapin et de décorations, il devient trés bavard."

"Hmm!"
"Quoi?" lui demanda-t-il
"Non rien."
"Quoi?"

"Eh ben, ... tu remplace Noël, sapin et décorations par Insectes, araignées et cafards et on pourrais dire la même chose de toi." lui dit-elle

"Oh vraiment!"
"J'ai pas dit moi personnelement, mais les personnes qui te cotoie."ajouta-t-elle
"Et toi? Comment tu me vois?"lui demand-t-il
"Je n'ai pas vraiment un jugement impartial," répondit-elle
"Mais encore?"
"Disons que j'en sais un peu plus que les autres membres de l'équipe sur toi."
Il se rapprocha lentement d'elle, ne la lachant pas du regard.
"Un peu plus?"

"Oui enfin je sais certaines choses te concernant qu'ils ignorent. Enfin je crois. En tout cas pour certaines choses j'éspère que j'en sais plus que Catherine sur toi ou..."commenca-t-elle

Elle n'eu pas le temps de finir sa phrase car il avait continué de se rapprocher d'elle pendant qu'elle parlait et a présent l'embrassait tendrement.

Sara répondit à se baiser mais fini par se souvenir d'où ils se trouvaient. Elle s'éloigna donc à regret de lui en le questionnant du regard mais en voyant le sourir de Grissom, elle se décida finalement à regardé autour d'elle pour voir si quelqu'un les avait vu. Tout ce qu'elle vit fut des sapins. Dans leur recherche d'un sapin, et emporter par leur discution, elle n'avait pas remarquer qu'ils avaient avancés dans les allées de sapins et se trouvaient à présent totalement entourés de sapins.

Grissom lui sourit lorsqu'elle rétablit le contact entre leurs yeux et lui déposa un petit baiser sur les lèvres.
"Alors," dit-il finalement "Tu veux lequel?"
"Pardon?" demanda-t-elle un peu perdu
"Le sapin. C'est pour ça qu'on est venu," lui rappela-t-il.
"Oh! oui . euh.. Celui-là," Dit-elle en désigant l'un des sapins près d'eux.

Il était de taille moyenne et assez touffu. Grissom parti donc chercher Keny pendant que Sara restait près du sapin. Quelques instants plus tard il revint accompagné de Keny.

Après avoir payé le sapin et Keny et Grissom accrochèrent le sapin sur le toit de la voiture de Grissom. Puis Sara et lui repartirent. Arrivés chez Grissom ils défirent le sapin du toit de la voiture, et l'instalèrent, non sans quelques difficultés dans son salon. Ils se mirent ensuite à décorer le sapin. Grissom avait proposé à Sara qu'elle regarde dans les boites et décide ce qu'ils allaient mettre sur le sapin, et c'est ainsi qu'ils firent un sapin uniquement avec des guirlandes blanches. Lorsque ce fut au tour des boules et après en avoir fixées quelques unes, Sara resta "fixée" sur le carton à regardé quelque chose qui se trouvait à l'intérieur. Intrigué Grissom vint se mettre à côté d'elle pour voir ce qu'elle regardait. Dans la boite se trouvait une boule en bois qui avait de toute évidence été peinte à la main. Dessus était déssiné un petit sapin avec quelques points de couleur pour le décorer, il y avait aussi un petit père Noël et une insription "Pour Gilbert, 25 décembre 1960, From dad".
Gil pris la boule dans sa main.

"Ca vient de mon père, il ma l'a offert pour mes 4 ans, il voulait que je garde un souvenir de "l'entrée"dans les années 60. Ca à l'air complètement idiot comme ça mais ... quand mon père est mort je l'ai accroché dans ma chambre au dessus de mon lit et elle y est resté un bout de temps. Lorsque j'ai déménagé à Vegas je l'ai soigneusement enveloppé dans du papier et je l'ai mis dans le carton des décorations et je la ressort pour Noël. Comme ça je pense à lui." lui expliqua-t-il

Il avait dit tout cela les yeux fixé sur la boule.

"C'est pas idiot du tout,"dit Sara tout doucement. Elle prit la boule dans sa main et la déposa sur une des branches en haut de l'arbre. "Comme ça si jamais Hank passe trop près du sapin il ne risquera pas de la faire tombée," lui dit-elle en se retournant vers lui alors qu'il était resté assis près des boites.

Puis elle se tourna de nouveau et fit un pas en arrière pour regardé le sapin.
"Je crois qu'on a fini. Qu'est ce que tu en dis?"
Il s'approcha d'elle, se placa derrière elle et passa ses bras autour de sa taille, puis lui fit un bisous dans le coup.

"J'en dit que ce sapin est magnifique. Il manque plus que les cadeaux en dessous." lui chuchota-t-il à l'oreille tout en continuant de lui déposé de petit bisous dans le coup.

"hmm hmm,"fut tout ce que Sara put répondre.
Elle se tourna ensuite vers lui et l'embrassa avant de s'éloigner un peu de lui.

"Je te propose qu'on range les cartons et qu'on aille se reposer un peu avant le prochain service,"lui proposa-t-elle en essayant de cacher un baillemnt

"Ok"

Ils rangèrent donc les décorations qu'il restait et remirent les cartons à leur emplacement, puis ils se couchèrent et s'endormirent serrer l'un contre l'autre.


Voilà, bon ben j'éspère que ça vous a plu, laisser moi des reviews pour me dire ce que vous en avez penser.

 

Partager cette page

Repost0