Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 10:10

Deauville, ses plages, ses casinos, ses hotels, ses cabanons au noms de stars... et son festival du film américain.

 

L'arrivée de septembre (oui je sais le mois est déjà bien entamé) n'annonce pas seulement la rentrée, mais aussi pour les cinéphiles l'heure du festival du Film américain de Deauville, ou l'on peut découcrir d'autres films que les blockbusters d'Hollywood.

 

C'est ainsi que l'on a découvert "Little miss Sunshine" (arrivé tout droit de Sundance), "Half Nelson" (film sous-estimé avec le superbe Ryan gosling), "Johnny Mad Dog", "Precious" (film magnifique mais oh! combien dérangeant) ou encore "Detachment".

 

Mais revenons à cette année et à son palmarès, qui nous annonce sans aucun doute de bonne séance dans les salles obscures :

Les chanceux qui ont pu se rendre au festival ont également pu découvrir "Savages" de Oliver Stone, "Robot and Franck", "Ted" (qui s'offre la voix de Joey Starr pour la doublure de l'ourson), "Des hommes sans lois" (avec semble-t-il un Shia Labeouf transformé) et "Killer Joe" de William Friedkin.

 

De quoi remplir les agendas de ces prochains avec des sorties trés attendues.

 

Bonne rentrée et Bonnes séances

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 09:35

Vacance j'oublie tout... et j'en profites pour passer du temps avec mon amoureux et mes 2 petits amours.

 

De passage en corrèze (dans ma famille), nous avons profités d'un soirée mon homme et moi pour se faire une séance en amoureux. Après hésitation sur le choix (limité) du film à voir, nous voulà parti pour la séance de 22h de "Blanche neige et le chasseur".

 

On a tout les deux accroché à la saga "Twilight" et je m'attend à un film peuplé des souffles courts de cette chère Bella...

Mais Bella est un personnage et kristen Stewart est une actrice, et une bonne actrice.

 

Passé le rappel de l'origine du nom de blanche et la mort de sa mère, l'on découvre un film sombre et relativement violent, et je suis surprise par le seul avertissement autour du film :

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

Quoi qu'il en soit, ce film est très réussi, la photo mériterait largement une récompense, Kristen Stewart sait jouer autre chose que les jeunes filles au souffle coupé à la seule vision d'un homme, Chris Hemworth ne se limite pas à "Thor" et le talent de Charlize Theron n'est plus à démontrer.

 

Nous avons passé un très bon moment.

 

Le lendemain, arriva ce moment ou l'on informe l'entourage du film que l'on a vu, ce que l'on en a pensé, s'il mérite d'être vu... en gros ce retour d'experience auquel on a droit chaque fois que l'on va au ciné.

Le hic dans le cas présent étant que la personne qui questionne n'aime pas les films américains et à la simple indication du titre s'est contenté d'un "Vous êtes pas un vieux tout les deux pour aller voir Blanche Neige?" et s'en est allé vaquer  à ces occupations (pour sa défense, elle à 80 ans).

 

Quoi qu'il en soit, c'est un très bon film.

 

Bonne séance

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 22:59

ATTENTION SPOILER

(je préfère prévenir au cas ou)

 

Ma dernière séance/pause déjeuner remonte à loin (au moins 1 mois), j'avais donc besoin d'une bonne dose de ciné.

 

Après réflexion et recherche du film qui entre dans ma case déjeuner, me voilà en route pour "Cosmopolis" avec Bob Patz bien sur (Robert Pattinson pour les puristes ).

 

J'avais aimé et accroché en voyant "la mouche" et "existenZ", il était temps que je vois un de ses films récents.

 

Me voilà donc, dans l'une des petites salles de l'Orient Express, fidèle à sa bande annonce, le film nous fait vivre la traversé de New York en pleines manifestations dans la voiture d'un multi-milliardaire qui veut Absolument se faire couper les cheveux.

Pour la majeur partie du film le plus gênant est tout le language "wall street" utilisé, mais dans l'ensemble on arrive à comprendre la vie de ce riche jeune homme, qui semble réglé au millimètre, y compris un mariage non consommé avec une richissime poète.

 

L'on comprend que ce jeune homme cherche à mettre un peu de spontanéité dans cette vie qui peut paraitre génial (il a plein d'argent), mais qui est finalement bien monotone.

 

Et puis arrive le dernier 1/4 d'heure du film, quand enfin il découvre qui veut le tuer et souhaite savoir pourquoi... et là, j'ai laché.

 

Certes ce film est une adaptation d'un livre, mais ces dernières 15 min m'on fait vivre un moment innatendu ... je me suis endormi.

C'est une expérience très perturbante, lorsque comme moi, on est fan de cinéma, mais cette rencontre entre le héro et son probable assassin, est ... bavarde, trop bavarde.

 

Quoi qu'il en soit, ce film reste très sympathique, et je pense m'arrêter avant la fin lorsqu'il passera à la télé.

 

Bonne séance

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 13:25

Voilà, c'est fini... Et l'on peut dire que ce cru aura été ... étrange.

Ambiance un chouilla plombée, une ministre qui débarque avait l'air de pas trop savoir ce qu'elle fait là (mais qui finalement s'en ai pas trop mal sortie), des polémiques (ça ça change pas tellement de d'habitude) rapport à la tenue du festival en temps de Crise, et finalement un palmarès inattendu.

 

Pas de prix pour Robert Pattinson (métamorphosé dans 'Cosmopolis') ni pour sa chère et tendre Kristen Stewart (très bonne égelemnt dans 'On the road'), rien non plus pour Brad Pitt... Les américains n'ont pas fait l'unanimité cette année (après le succès cannois de 'Tree of Life' l'année dernière).

 

Voici donc le palmarès :

Palme d'or Amour de Michael Haneke   

Grand Prix Reality de Matteo Garrone  

Prix d'interprétation masculine Mads Mikkelsen pour La Chasse de Thomas Vinterberg  

Prix d'interprétation féminine Cosmina Stratan et Cristina Flutur pour Au-delà des collines de Cristian Mungiu  

Prix de la mise en scène Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas  

Prix du scénario Au-delà des collines de Cristian Mungiu  

Prix du Jury La Part des anges de Ken Loach

 

Palme d'or du court-métrage Sessiz-Be Deng de L. Rezan Yesilbas

 

Caméra d'Or Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin

 

Semaine de la critique

 

Longs métrages


Grand Prix Aquí y Allá d'Antonio Méndez Esparza  


Prix SACD Les Voisins de Dieu de Meny Yaesh  

 

Prix révélation France 4 Sofia's Last Ambulance d'Ilian Metev  

 

Soutien ACID/CCAS à la distribution Los salvajes d'Alejandro Fadel  

 

Courts métrages

 

Prix Canal+ Circle Line de Shin Suwon  

 

Prix Découverte Nikon Un dimanche matin de Damien Manivel

 

Quinzaine des réalisateurs

 

SACD

 

prix SACD Camille redouble de Noémie Lvovsky  

 

Mention spéciale Ernest et Célestine de Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar  

 

Art Cinema Award

 

No de Pablo Larrain   

 

Label Europa Cinemas

 

Le Repenti de Merzak Allouache

 

Et plein de films vendus pendant le marché au film (qui a lieu en parallèle).

 

Il y a de quoi faire pour remplir les salles obscures dans les prochains mois.

 

Bon Films

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:30

Le festival de cannes se termine se soir, mais les évènements parallèles ont déjà remis leur prix, commençons donc avec les primés pour la sélection "Un certain Regard" :

            LAURENCE ANYWAYS interprété par Suzanne CLÉMENT

 

Et une récompense pour les punk-a-chiens belge qui ont su mettre l'ambiance dans ce festival quelque peu morose et un peu trop serieux cette année.

 

Continuons avec les primés pour la sélection de la Cinéfondation :

 

Une première idée de l'esprit des jurys de cette édtion du festival, en attendant de connaitre les films qui ont plu à Nanni Moretti et ses collègues de la quizaine.

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:18

Allons-y pour le coup de gueule du jour.

 

Alors voilà, "Intouchables" (le fameux) sort cette semaine aux USA (la-bas les films sortent le Vendredi), les spectateurs ont donc eu droit à leur trailer  (http://www.fandango.com/movie-trailer/theintouchables-trailer/152913/2216726009).

 

Curieuse, j'ai voulu voir si ils avaient mis des voix américaines à Omar Sy et François Cluzet, et là ... surprise! Pas de voix anglaise mais un sous-titre.

 

Je regarde donc le trailer et en dehors des expression "djeuns" pas forcément traduisible en anglais (comment dit-on "godasse" en anglais?) le sous-titre était plutôt bien fait, jusqu'à .... une petite phrase toute simple.

 

Pour ceux qui ont vu le film, il y a une scène ou Driss (Omar) vient voir Philippe (Cluzet) pour lui parler de sa fille et lui dit (dant la version française) "On est d'accord qu'ici je suis vos bras et vos jambes?".


Une phrase à première vue assez simple et relativement facile à traduire en anglais, mais non. Une traduction litterale serait bien trop facile, voici donc à quoi auront droit nos amis américains: "This is not a job anymore", pour ceux qui n'y connaissent rien en anglais ça donne "Ce n'est plus juste un boulot a présent"...


La raison de cette traduction particulière ? aucune idée, mais ça rejoint la multitude de traduction anglais>Français, ou l'on a droit à des titres improbables.


Le meilleur et premier exemple : "Star Wars", que l'on connais tous sous le titre "La guerre des Etoiles", sauf que la traduction littérale serait "Les guerres de l'étoile".  Je chipote me direz-vous, mais dans le contexte ça parait beaucoup plus logique.

 

Prenons donc un autre exemple : "Twilight", sur le titre de la saga, pas de différence, mais c'est autre chose en ce qui concerne les titres des tomes. Comment le titre du 2è tome "New moon" (nouvelle lune en Français) est-il devenu "Tentation"? Le 3è tome est passé de "Eclipse" (pas besoin de traduction pour ça) à "Hésitation"...

 

Et ne parlons pas des traduction de séries télé, que se soit pour les titres : "Psych" devient "enquếteur malgré lui", "West wing" devient "Ala maison blanche" ou encore "Army wives" qui devient "American wives".


Restons d'ailleurs sur le thème des séries avec les traductions des épisodes, et prenons comme exemple les épisode de la série "Mentalist" le 2è épisode de la siason 1 se nomme "Red Hair and Silver Tape" (soit "Cheveu rouge et ruban d'argent") traduit par "L'Apprenti psychopathe".


Encore du chipotage me direz-vous mais la mythologie de cette série est basésur les crimes affreux d'un certain "Red John" traduit "John le rouge" (a noté que ça au moins c'est bien traduit), et donc dans le contexte de la série tout les titres des épisodes ont une référence au rouge ("Red Tide", "Ladies in Red", "Redwood",...).


Ou est-il écrit que la traduction du nom de l'épisode doit être une sorte de résumé de l'épisode? Est-on plus bête que le public américain et incapable de comprendre un jeu de mot dans un titre?


Alexandre Astier avait d'ailleurs écrit un très bon article (dans le non moins bon magazine "Générique" qui, comme de nombreux madazine de qualité,  n'est plus) sur le stupidité de certaines traduction.

 

Et qu'en est-il des relations entre les personnages, ou sont passé les "honey" ("chérie") que grissom utilise pour parler à Sara dans Les experts?

 

Je sais que tout cela semble du chipotage, mais une manière de parler, un mot, un titre, peuvent changer tout l'univers d'une série ou d'un film et leur résultat auprès du public.

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 15:14

Oui je sais je suis à la bourre, mais bon ça c'est pas vraiment un scoop...

 

Alors pour ceux qui ne l'ont pas vu ou entendu voici le discour de Bérénice Béjo, la maitresse de cérémonie, pour l'ouverture du 65è Festival :

 

"Bonsoir,

J'aime ce silence. J'y entends les soupirs des personnages de Wong Kar-wai, le cri des amants de Pedro Almodovar, les coups de feu de Quentin Tarantino, le rire de Marcello Mastroiani et, plus près de moi, Michel Hazanavicius qui me dit :

"Chérie, j'ai une super idée, tu vas te taire pendant 1h40."

Voilà ce qu'il m'a proposé, tout souriant, il y a deux ans. Le rêve d'un homme.
Et ça a fait tellement de bien à tout le monde - moi la première - que l'on ne peut que lui dire merci.

D'ailleurs j'en profite pour remercier le Festival de Cannes où tout a commencé l'année dernière. Thierry, Gilles, merci.

C'est beau, tous ces gens à travers le monde qui ont adoré ce film où les français se taisent. C'est comme un message envoyé à chacun : Tais-toi.

Il faut dire qu'on est tous nés dans le bruit.
Le bruit de la foule qui discute juste avant que le film commence. Et avant ça, le bruit d'un tournage.
Et encore avant, le bruit d'une équipe technique qui s'affaire avant le bruit d'un metteur en scène qui crie "silence" et au tout début le bruit du scénariste qui tape sur son clavier au milieu de la nuit. Le rêve d'un homme.

Et puis il y a l'attente entre la fin du film pour ceux qui le font et le début du film pour ceux qui le voient. Un grand vide, un silence.

Et le bruit redémarre. Le bruit des rires, des coeurs, le bruit des rires en choeur, des applaudissements
et puis le bruit de Cannes, les cris des photographes qui hurlent ton nom. Les cris des photographes qui hurlent ton nom pour que tu te pousses parce que t'es devant Catherine Deneuve. Le bruit des Ferrari qui roulent à 5 km/h coincées sur la Croisette. Le bruit des hélicoptères qui se posent sur des yachts et le bruit de moi qui crie : "T'as vu ?! Y a un hélicoptère qui se pose sur un yacht !"

Et ce soir, je suis devant vous.
Alors, je vais parler : tais-toi.
Toi qui dis à ton enfant qu'il ne faut pas rêver, que tout ça, ce n'est pas possible. Tais-toi.
Toi qui cherches la petite bête, toi qui râles, toi qui aurais voulu que le film soit plus ceci, soit plus cela, toi qui te moques de ceux qui regardent les films avec des grands yeux d'enfants. Tais-toi.
Les hommes, ça ne pleure pas ? Tais-toi.
Les films qui ne marchent pas, c'était prévisible ? Tais-toi.
Les films qui marchent, c'était prévu ? Tais-toi.
Et surtout... Surtout, toi qui réponds au téléphone en plein milieu de la séance. Tais-toi.

Et maintenant, je vais suivre mon conseil et me taire à mon tour pour laisser parler le cinéma, car c'est toujours lui qui a le dernier mot.
Merci."

 

Un joli discour pour une magnifique actrice, écrit en collaboration avec les auteurs de la série "Bref" Kyan Khojandi et Navo.

 

Et déjà plein de magnifique films à découvrir tel que : Moonrise Kingdom, Sur la Route, Cosmopolis...

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 14:18

Ah!! Thierry Fremeaux est bien est sacré coquin, capable de faire patienter les cinéphiles jusqu'à la dernière minute avant de finalement donner la composition excate du jury du 6è festival de Cannes.

 

Comme l'indiquait les différents billets précédents, à Cannes il n'y a pas UN mes DES Festivals, ainsi donc, il y a plusieurs jurys.

 

Si l'on connaissait depuis mi-avril la liste (complète?) des films, les membres du jury était eux un mystère. Thierry Fremeaux (encore lui) lachant des tweets tel que  :

 

THIERRY FREMAUX @THIERRYFREMAUX

Il était tôt ce matin sur Canal+, la nuit fut courte, les lampes m'aveuglaient et j'ai dû lâcher un nom pour : Ewan

 

Et finalement après une longue attente voici donc le jury, qui sera présidé par Nanni MORETTI (réalisateur, acteur, producteur italien) :

Hiam ABBASS (actrice, réalisatrice palestinienne)
Andrea ARNOLD (réalisatrice et scénariste britannique)
Emmanuelle DEVOS (actrice française)
Diane KRUGER (actrice allemande) 
Jean Paul GAULTIER (couturier français)
Ewan MC GREGOR (acteur britannique)
Alexander PAYNE (réalisateur, scénariste et producteur américain)
Raoul PECK (réalisateur, scénariste, producteur haïtien)

Le jury du 65e Festival de Cannes aura à départager les 22 films en Compétition pour composer son Palmarès, qui sera annoncé sur scène lors de la cérémonie de Clôture, le 27 mai, qui se terminera avec l’attribution de la Palme d’or.

(source http://www.festival-cannes.fr)

 

Continuons avec  le Jury de la sélection "Un certains regards" :

 

Tim Roth (acteur et réalisateur), Président du Jury.
Leïla Bekhti (actrice)
Tonie Marshall (réalisatrice et productrice)
Luciano Monteagudo (Critique cinéma à Pàgina/12 à Buenos Aires)
Sylvie Pras (Responsable des Cinémas au Centre Pompidou à Paris, Directrice artistique du Festival de La Rochelle)

C’est Mystery du réalisateur chinois Lou Ye qui fera l’ouverture du Certain Regard jeudi 17 mai. Renoir, de Gilles Bourdos, sera projeté en clôture, samedi 26 mai.
L’an dernier, le jury du Certain Regard était présidé par le réalisateur serbe Emir Kusturica.

(source http://www.festival-cannes.fr)

 

Celui de la Caméra D'or :

 

La Caméra d’or, créée en 1978, est attribuée au meilleur premier film présenté en Sélection officielle (Compétition, Hors-Compétition et Un Certain Regard), à la Semaine de la Critique ou à la Quinzaine des Réalisateurs, ce qui représente en 2012 un total de 22 films.


Carlos Diegues qui va mettre son talent au service de ce prix qui encourage la jeune création.
Il sera entouré de Gloria Satta, journaliste italienne au Messaggero, Rémy Chevrin qui représente l’Association Française des directeurs de la photographie Cinématographique, Hervé Icovic, qui représente la Fédération des Industries du Cinéma, de l’Audiovisuel et du Multimédia, Michel Andrieu, qui représente la Société des Réalisateurs de Films et Francis Gavelle, qui représente le Syndicat Français de la Critique de Cinéma.

Le Prix sera remis par le Président du jury, Carlos Diegues, lors de la Cérémonie de clôture, le dimanche 27 mai.

(source http://www.festival-cannes.fr)

 

Et enfin celui des courts métrages :

(source http://www.festival-cannes.fr)

 

Encore du beau monde sur le tapis rouge du palais des festival.

 

Et tout ce beau monde sera sur le tapis rouge pour l'ouverture du festival demain (Mercredi 16 Mai) à 19h.

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 09:59

Voilà c'est fait, à la veille de l'ouverture du Festival de Cannes, voici enfin le Palamrès de nos "Gérard" Nationaux.

 

Et les grands gaganants sont :

 

Gérard de l'acteur, on espère que tu l'aimes bien, parce que t'es parti pour voir sa gueule partout pendant les trente prochaines années (Vote en ligne en partenariat avec 20Minutes): Jean Dujardin dans The Artist


 Gérard de l’acteur qui ferait bien d’arrêter de se la jouer et d’apprendre à jouer tout court: Anna Mouglalis dans Chez Gino


 Gérard du film avec des malades, des handicapés, des béquilles, des brancards, des fauteuils roulants, de l’Actifed, du Voltarène, du Primpéran, des bilans sanguins, des feuilles de remboursement, des courbes de température et des plateaux repas avec de la macédoine tiède. Et un petit suisse: Intouchables avec François Cluzet et Omar Sy

 

 Gérard du membre de duo qui l’a dans le cul: Fred Testot


 Gérard du film tellement riche en sucre, en miel et en guimauve que si t'as le malheur d'avoir pris du pop-corn, t'es sûr de dégueuler dans le seau: Monsieur papaavec Kad Merad

 

 Gérard de l’acteur qui a un prénom africain: Sagamore Stévenin


 Gérard du film qui ne sait pas, qui ne sait plus… Mais y va où le monde? de Serge Papagalli

 

 Gérard du film que tu vas voir parce que le titre te fait espérer des lolitas qui se roulent des pelles et se mettent des doigts dans leurs petits abricots, mais en fait, même pas: 17 filles


 Gérard du film qui n’existe pas encore: Tous Coupablede Mathieu Kassovitz, avec Mathieu Kassovitz

 

 Gérard de l’ancien Robins des bois qui devrait arrêter, maintenant. Ou à la limite reformer les Robins des bois. Mais loin. A Sherwood, par exemple: Jean-Paul Rouve dans Poupoupidou


 Gérard de l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari: Arielle Dombasle dans Crédit pour tous


 Girard di film halal: Beur sur la villeavec Booder

 

 Gérard du film en costumes qui s’est pris une veste: Le Moine avec Vincent Cassel

 

 Gérard de l'acteur culte qui tournait dans des bons films. Et puis, un jour visiblement, ça l'a fait chier: Jean-Pierre Bacri dans Avant l’aube


 Gérard du rôle de sa vie: Pierre Arditi dans LCL

 

Jérar du film tro golri :))) ROTFLOL !!!!!! XDDDD !!!!!!!!!! fo tro k jaille le voir av les soss, pke jkiff tro c jore de film c tro bi1 !!! MDRRRRR ma louloutte jte kiff kissoukissou !!!: Hollywoo avec Florence Foresti et Jamel Debbouze

 

 Gérard du désespoir féminin: Judith Godrèche dans Low cost


 Gérard du désespoir masculin: Jean Reno dans Comme un chef


 Gérard du film: La Guerre des boutons et La Nouvelle guerre des boutons de Yann Samuell et de Christophe Barratier avec Eric Elmosnino et Mathilde Seigner et avec Laetitia Casta et Guillaume Canet

 

Les abonnés à Paris Première auront pu avoir les résultats en direct hier soir, les autres se sont contenté des tweets tel que celui de Matthieu Kassovitch :

Enfin je suis reconnu par l'establishment

 

A suivre.... Le Festival de Cannes

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 10:58

Changer de vie, en tout cas changer certaines petites habitudes du quotidien, d'après une étude scientifiques c'est bon pour le moral.

 

Pour ma séance/pause déjeuner de Jeudi, c'était Nouveau Départ (We bought a Zoo), dont l'affiche US est beaucoup plus sympa.http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/49/69/19847392.jpg

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/05/63/20036568.jpg

 

Synopsis et détails

 

Père célibataire, Benjamin Mee a bien du mal à élever ses deux jeunes enfants. Espérant resserrer les liens familiaux, il décide de prendre un nouveau départ, plaque son travail et achète une vieille maison sur une immense propriété, qui a la particularité d’abriter un zoo délabré. Plusieurs dizaines d’animaux, ours, tigres et bien d’autres, vivent en effet au Rosemoor Animal Park, où la gardienne Kelly Foster et son équipe dévouée tentent de maintenir les installations tant bien que mal. Sans la moindre expérience, avec très peu de temps et d’argent, Benjamin Mee et les siens vont tout mettre en œuvre pour réhabiliter le zoo et vivre ainsi leur plus grande aventure…(source allociné)

 

On peut (a première vue) avoir du mal à se "retrouver" dans Benjamin Mee, cet homme aventurier, qui n'a peur de rien (même pas d'aller interviewer l'équivalent d'un farc pour lui demander quel "Toy Story" il a préféré ).

 

Mais on accroche finalement assez facilement à l'histoire de ce jeune veuf, qui cherche tout les moyens possible de faire son deuil et de rentre le sourire à ses enfants.

 

Une très belle interprétation de Matt damon en papa "perdu" sans sa femme, et la découverte d'un petit puce adorébale et pleine de punch.

 

A voir histoire de se remonter le moral (si si ça marche aussi).

 

Bonne séance

Repost 0
Published by mana Mana - dans Cinéma
commenter cet article